Ultra Dior – Musée des Arts Décoratifs

Christian Dior, un nom magique, c’est aussi ce jeune homme frêle qui est peint par Paul Strecker, portrait qui illustre si bien le roman de sa vie Devenir Christian Dior par François-Olivier Rousseau.

Dans ce tableau apparaissent les souvenirs de son enfance passée dans cette villa « Les Rhumbs » à Granville en Normandie, aux  couleurs de ce jardin ordonné si mélodieusement par sa mère Madeleine , qui resteront toute sa vie son moteur.

Une jeunesse qui commence par les soirées insouciantes du Boeuf sur le Toit, entouré de ses amis musiciens, peintres, poètes, parmi eux  : Max jacob, Cocteau et ce cher Christian Bérard qui en un clic décore son appartement avec des « riens ». 

Tout au long de sa vie il sera inspiré par l’art, les artistes de tous horizons avec une prédilection pour le style Louis XVI. Dans l’exposition on peut admirer ce beau portrait d’Elisabeth Vigée Le Brun, grande portraitiste de Marie-Antoinette et femme de mode !
C’est tout naturellement qu’il ouvre une galerie de tableaux, financée par son père où il exposera des artistes comme Picasso, Braque, Max Ernst, Paul Klee, Calder, …

Galerie de tableaux 34 rue de la Boétie, à Paris 8e, reconstituée pour l’expo.

Une insouciance interrompue par la crise de 29 et la faillite de son père, qui l’oblige à fermer sa galerie.

Très bon en dessin, il devient alors modéliste. C’est ainsi, qu’il fera cette fameuse rencontre avec Boussac, point de départ de sa maison de couture.

Et depuis le New Look, nom donné en 1947 par la rédactrice en chef du Harper’s Bazaar, Carmel Snow, Dior reste un des noms les plus célèbres au monde, un conte de fée de la mode.

Miss Dior voyage, s’amuse, se cultive, se passionne pour un joli brin de muguet, passe une  Nuit à Singapour  puis une  Nuit à Venise et danse à un bal masqué travestie en Mata Hari. Coup de théâtre, une Romance l’entraine à Monaco, le soir, elle assiste à un concert de Jazz…. Je pourrais ainsi vous énumérer tous ces noms donnés aux tenues qui évoquent ce défilé Dior emblématique de la Haute Couture. 

La Maison Dior, passage presqu’obligé des plus grands, ce sont les débuts d’Yves Saint Laurent ,en 1960, qui impose déjà son style.

Yves Saint Laurent

Suivra Marc Bohan qui invente le « Slim Look »,  très atmosphère « Swimging London », il habille les actrices Liz Taylor, Grace de Monaco….

Marc Bohan

Les tenues exposées de John Galiano, styliste insupportable peut-être mais au talent fou, se repèrent de loin. J’aime son imagination  » extravagante, les structures, les matières assemblées toujours avec art, ses inspirations africaines, asiatiques… des idées folles et sublimes.

Les Arts Décoratifs nous transportent dans ce tourbillon Dior,  couleurs, tissus, on se perd, la mode toujours la mode  qui nous attire à l’infini.

Ce génie léger propre à notre temps et dont le nom magique comporte Dieu et or » Jean Cocteau

Florence Briat Soulie

  • Christian Dior, couturier du rêve

Du 5 juillet 2017 au 7 janvier 2018

Musée des Arts Décoratifs – 107 rue de Rivoli – 75001 Paris

Informations : Exposition Christian Dior aux Arts Décoratifs

« Christian Dior, couturier du rêve »

  • Devenir Christian Dior par François-Olivier Rousseau – Allary Editions

François-Olivier Rousseau « Devenir Christian Dior » – Allary Editions

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s