Viktor et Paula Zuckerkandl, premiers collectionneurs de Gustav Klimt

Les secrets tragiques d’un tableau de Klimt

Gustav Klimt (1862-1918) Rosiers sous les arbresVers 1905Huile sur toileH.110 ; L.110 cm© RMN-Grand Palais (Musée d’Orsay) / Patrice Schmidt

Vienne, 1900

Au départ, il s’agit de l’histoire d’un couple viennois Viktor (1851-1927) et Paula Zuckerkandl, lui directeur d’une usine sidérurgique, a fait construire aux environs de Vienne le Sanatorium Purkersdorf par l’architecte Josef Hoffmann dans les années 1904/1905 et meublé par la moderne Wiener Werkstatt, architectes, artistes, designers et artisans viennois réunis, issu du mouvement précurseur ouvert à tous et pour toutes les bourses : la Sécession viennoise. Un courant très dans le vent encore aujourd’hui et rattaché par l’histoire de l’art à l’Art nouveau et au Jugendstil mais avec ses propres caractéristiques.

Gustav Klimt devant le sanatorium de Purkersdorf (©DR)

Ce Sanatorium était plus un lieu de loisirs plutôt que médical où se retrouvait toute la société intellectuelle viennoise comme le dramaturge Arthur Schnitzler, le compositeur Gustav Malher, d’autres collectionneurs comme les familles Bloch-Bauer ou Lederer…

Viktor Zuckerkandl a eu une soeur Amalia Redlich (1868-1941), trois frères Emil (1849-1910) , Robert (1856-1926) et Otto (1861-1921) marié à Amalie (voir le portrait inachevé de Klimt en 1917) qui a eu deux filles Nora Stiasny et Hermine Müller-Hofmann

Viktor et son frère Emil étaient de grands amateurs d’art, très francophiles, Emil avait épousé Berth Szeps, fille du journaliste Moritz Szeps, ami de Georges Clémenceau, son autre fille Sophie, épousera son frère Paul Clémenceau. On peut imaginer que Berth et Emil auprès de Georges Clémenceau aient eu des conversations et rencontres autour de l’impressionnisme français et surtout de Claude Monet très proche de l’homme politique français.

C’était une famille qui allait de l’avant que ce soit dans la science, médecine, les arts, une famille moderne, aisée et heureuse qui ne pouvait imaginer la tragédie dont elle serait victime.

Gustav Klimt

Viktor et Paula avaient constitué une très belle collection d’art auprès des artistes autrichiens dont le plus célèbre d’entre eux Gustav Klimt. Ils seront les premiers à acquérir une oeuvre de l’artiste, six autres suivront. Klimt fera le portrait de Paula. Une collection empreinte de mystère aujourd’hui. 7 toiles qui reprennent peu à peu leur place dans la collection Zuckerlandl, seulement 80 ans après la chute du nazisme et ce n’est pas fini.

La fin d’une époque, le XXIe siècle

Amalie Redlich soeur de Viktor Zuckerlandl et sa fille Mathilde

Le couple meurt sans enfant, une partie de la collection est vendue et le reste dispersé entre les frères et soeurs. Amalie Redlich, la soeur de Viktor, récupère au moins 2 Klimt. D’abord, Litzlberg am Attersee, restitué par le RupertinumMuseum der Moderne de Salzbourg, tableau vendu aux enchères chez Sotheby’s en 2011, une partie du produit de la vente ayant été offerte au musée. Puis un 2ème Klimt appartenant toujours à la soeur de Viktor, celui de l’église sur une rive du lac de Garde à Cassone en Italie. Cette toile, réapparue dans une collection privée, a été également vendue aux enchères en 2010 par Sotheby’s. Le produit de la vente a été divisé d’un commun accord entre le propriétaire du moment, oeuvre acquise de bonne foi, et l’héritier d’Amalie, Georges Jorisch, (81 ans à l’époque de la vente). Son père et lui s’étaient cachés à Bruxelles pendant la guerre alors que sa mère et sa soeur n’ont pas survécu à leur déportation en Pologne. Georges Jorisch s’est exilé dans les années 50 au Canada. Les oeuvres d’art avaient été pourtant mises à l’abri dans des caisses entreposées par une compagnie maritime, mais en 1947 les caisses sont vides, leur contenu ayant été sans doute volé par le marchand Friedrich Welz (1903-1980) !

«Le tableau avait été peint par Klimt pour mon arrière-grand-oncle, Viktor Zuckerkandl, qui à sa mort l’a légué à sa soeur, ma grand-mère, parce que lui-même n’avait pas d’enfant, poursuit-il. Mon père l’a vu pour la dernière fois en 1938, lors de l’annexion de l’Autriche par l’Allemagne. Il se souvient des tanks allemands qui sont entrés dans Vienne à ce moment.» Stephane Jorisch, petit-fils de Georges qui vit à Montréal – Mathieu PerreaultLa Presse – 25 janvier 2010

Reste toujours le mystère du portrait de Paula, est-il resté dans la famille ? où se trouve t-il caché dans une collection privée autre ? Peut-être qu’il apparaitra aussi un jour à l’occasion d’une vente ou d’une rétrospective ?

Apparemment d’importantes recherches ont été faites sur cette collection de Klimt appartenant à Viktor et Paula Zuckerkandl et toutes les toiles seraient aujourd’hui tracées.

15 mars 2021, Musée d’Orsay

Dernier évènement annoncé aujourd’hui par Roselyne Bachelot : on ne verra plus au Musée d’Orsay “Rosiers sous les arbres” peint en 1905 par Gustav Klimt (1862-1918) . L’unique œuvre du peintre à Orsay.

Roselyne Bachelot , ministre de la culture,  a décidé la restitution aux ayants-droit de Nora Stiasny nièce de Viktor Zuckerkandl, qui avait acquis cette œuvre en 1911 .

« A ma nomination à la présidence de l’établissement public des musées d’Orsay et de l’Orangerie, j’ai souhaité apporter une attention renforcée à l’examen des provenances des œuvres dont nous avons la charge, comme à l’histoire des spoliations faites aux Juifs pendant la dernière guerre. Sortir des collections nationales un tableau d’une telle importance est une décision lourde, qui honore notre engagement collectif envers la mémoire des victimes de la barbarie nazie. » Laurence des Cars, Présidente du musée d’Orsay et du musée de l’Orangerie à Paris.

Nora Stiasny, « Rosiers sous les arbres »

12 mars 1938, l’Anschluss, Nora Stiasny est persécutée par les Nazis, elle est seule contre tous, dans l’obligation de rester sur place , dans une des maisons du Sanatorium. Ses proches sont partis en France, ses biens sont aryanisés. Les valeurs d’amitié tombent une à une, un amour de jeunesse la trahit, il s’agit de Philipp Häussler qui a adhéré au parti nazi dès 1933, et à qui elle est forcée de vendre « Rosiers sous les arbres ». Le roman de Stefan Zweig, le Joueur d’échecs, décrit cette ambiance de terreur, d’angoisse et de trahison qui submerge Vienne lors de l’Anschluss en 1938.

Et pourtant, cette toile sur son chevalet, ses couleurs vertes rayonnantes, les fleurs des pommiers, tâches blanches qui éclatent de beauté, comment penser que toute cette joie que représente cette oeuvre cache un si lourd secret, si noir qui resurgit 80 ans plus tard.

Gustav Klimt (1862-1918) – Portrait inachevé d’Amalie Zuckerkandl – 1917

Ce titre idyllique renferme l’enfer , une famille décimée dans l’horreur des camps. Nora et sa mère Amalie d’origine chrétienne et convertie au judaïsme, peinte également par Klimt, sont déportées en Pologne, son mari Paul et son fils Otto sont exterminés au camp de Terezin.

Inconcevable, Rosiers sous les arbres , a été acquis par le musée d’Orsay de bonne foi en 1980 à la galerie Peter Nathan à Zurich qui avait acquis cette oeuvre de Herta Blümel, compagne et héritière de Philipp Häussler. Il s’agit du troisième tableau de Klimt récupéré par la famille.

Ces oeuvres spoliées sont aussi synonymes de recherches, de temps passé à courir derrière des souvenirs, seuls vestiges parfois des familles détruites, pas seulement de familles riches. Ces découvertes, traces de vie, permettent de retisser un peu les liens familiaux même si ils n’effaceront jamais les cauchemars de cette période.

Erreur de restitution

Il existe un autre tableau de Klimt, Pommier II, ce dernier avait été restitué par erreur à la famille de Nora Stiasny  en 2001 par le Musée du Belvédère, il appartenait en réalité à la famille de Serena Lederer,, peut-être, s’agit-il d’une confusion car Rosiers sous les arbres au moment de sa vente à Philipp Häussler en 1938 s’appelait également Pommier. Depuis ce tableau a été acquis par la Fondation Louis Vuitton

Gustav Klimt (1862-1918)
A gauche : Rosiers sous les arbresVers 1905Huile sur toileH.110 ; L.110 cm© RMN-Grand Palais (Musée d’Orsay) / Patrice Schmidt
A droite : Pommier II, 1916 – Courtesy de la Fondation Louis Vuitton, Paris.

Les MNR

Encore aujourd’hui de nombreuses œuvres d’art MNR  » Musées Nationaux Récupération “ récupérées en Allemagne après la Seconde Guerre mondiale. sont toujours en place dans nos musées et restituables immédiatement après identification du propriétaire. Dans le cas présent Rosiers sous les arbres n’est pas un MNR car ce tableau a été acheté par le musée d’Orsay postérieurement et en tant qu’oeuvre inaliénable doit faire l’objet d’un projet de loi spécifique pour sa restitution.

A savoir également que depuis 2013, les musées français doivent vérifier les provenances de leurs oeuvres .

Claude Monet (1840-1926) – Jardin en fleurs à Sainte-Adresse, vers 1866 – Huile sur toile. Musées nationaux récupération, MNR 216, oeuvre récupérée à la fin de la seconde guerre mondiale, déposée le 17 octobre 2006 au Musée Fabre, Montpellier, par le Musée d’Orsay, Paris ; en attente de sa restitution à ses légitimes propriétaires.

Fichier Rose Valland

Rose Valland (cf voir l’article The Gaze of a Parisienne) est une femme incroyable, qui pendant la guerre 39-45 a su résister aux Nazis et a fait preuve d’un grand courage. Sous leur regard, elle n’a pas hésité à inventorier les tableaux volés par les Nazis et qui passèrent en transit par la salle du Jeu de Paume.  Elle nous laisse un héritage de 900 boîtes d’archives, outil inégalé et génial de son travail de surveillance et d’espionnage, au péril de sa vie, qui a permis de restituer à leurs véritables propriétaires les trésors familiaux, partie intime de leur mémoire et chargés de souvenirs et d’attachement souvent sentimentaux. Dans la suite du travail de mémoire et de recherche historique décidé par le Président Jacques Chirac, et mis en oeuvre par la mission de Jean Mattéoli (1997), la commission pour l’indemnisation des victimes des spoliations intervenues du fait des législations antisémites en vigueur pendant l’Occupation (CIVS) a pour mission de rechercher les ayants droits et de leur restituer les oeuvres d’art spoliés.

« Ne rien occulter des heures sombres de notre Histoire, c’est tout simplement défendre une idée de l’Homme, de sa liberté et de sa dignité » Jacques Chirac, extrait du discours prononcé le 16 juillet 1995, lors de la commémoration de la rafle du Vel’d’Hiv

Restitution de Rosiers sous les arbres et projet de loi

Afin de rendre effective la restitution de Rosiers sous les arbres aux ayants droit de Nora Stiasny, le Gouvernement présentera dès que possible un projet de loi destiné à autoriser la sortie de l’œuvre des collections nationales, en vue de restituer l’oeuvre aux héritiers et réparer ainsi la spoliation intervenue en 1938.

A voir sur Arte le 21 mars

Une collection d’art et de sang. Le catalogue Goering.

de Laurence Thiriatdiffusé sur ARTE le 21 Mars à 23h50

France, documentaire, 90 mn, Schuch Productions, Flair Productions, Kaos Film/Arte, Kaos Films, ARTE GEIE, RTBF, 2020..

CHRONOLOGIE (détaillée par le Musée d’Orsay)

1904-1905 / Création par Gustav Klimt

Juin 1908 / Exposition au Kunstschau à Vienne, sous le titre Rosen, n° 11

Juin-octobre 1909 / Exposition au Glaspalast de Munich, sous le titre Rosen, n° 812

Avril-octobre 1910 / Exposition internationale de Venise, sous le titre Le rose, n° 7

14 mars 1911 / Achat par Viktor Zuckerkandl, à la galerie H. O. Miethke à Vienne

9 février 1927 / Mort de Viktor Zuckerkandl

21 mai 1927 / Mort de Paula Zuckerkandl, l’épouse de Viktor Zuckerkandl Le tableau revient à la succession Zuckerkandl

Mars-avril 1928 / Exposition et mise en vente à la Neue Galerie de Vienne, pre- mière exposition commémorative des 10 ans du décès de Klimt, sous le titre Die Apfelbaume mit den Rosen (Pommiers avec des roses) (non vendu)

27 juin-31 juillet 1928 / Exposition et mise en vente à la Sécession, deuxième exposition commémorative, sous le titre Landschaft (Paysage), n° 44 (non vendu)

Août 1938 / Vente par Nora Stiasny à Philipp Häusler ou à son beau-frère Adolf Frey, sous le titre Apfelbaum (Pommier), pour une somme inférieure à 400 Reichsmark (RM), contre une évaluation de 5 000 RM par Nora Stiasny en juillet 1938

1948 / Don d’un tableau de Gustav Klimt intitulé Pommier II par Gustav Ucicky à la Galerie du Belvédère

1966/ Legs de Philipp Häusler à Herta Blümel

1980/ Achat par l’État pour le futur musée d’Orsay, à la galerie Peter Nathan de Zurich

2001 / Restitution par l’Autriche du tableau de Klimt Pommier II aux ayants droit de Nora Stiasny

Juillet 2017 / Conclusions du Conseil consultatif autrichien sur la restitution des œuvres d’art selon lesquelles le tableau Pommier II restitué en 2001 n’était pas l’œuvre spoliée à Nora Stiasny

Juillet 2018 / Démarches de l’ambassade d’Autriche en France auprès du ministère de la Culture et du musée d’Orsay

Septembre 2019 / Demande de restitution de Rosiers sous les arbres présentée par Maître Alfred Noll au nom des ayants droit de Nora Stiasny

Mars 2021 / Annonce de la proposition de restitution de Rosiers sous les arbres aux ayants droit de Nora Stiasny

Une réflexion sur “Viktor et Paula Zuckerkandl, premiers collectionneurs de Gustav Klimt

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s