Chefs-d’oeuvre de la collection Bemberg

Georges Bemberg (1915-2011) a vingt ans lorsqu’il acquiert, sur un coup de coeur, une gouache de Pissaro à un marchand d’Art de New-York. Cet achat inaugure la constitution d’un ensemble de plusieurs centaines d’oeuvres d’art exceptionnelles, allant de la Renaissance française et italienne jusqu’au XXème siècle. Ce qui les relie? La passion, l’oeil aiguisé, la personnalité du collectionneur qui a choisi, lui-même, chaque pièce pour l’émotion qu’elle suscitait en lui.

Pierre Bonnard, Marine, 1910,©thegazeofaparisienne

La Fondation de l’Hermitage de Lausanne présente une sélection de 132 peintures et dessins parmi les plus remarquables de la prestigieuse collection privée. En compagnie de Sylvie Wuhrmann, la passionnante directrice de la Fondation de l’Hermitage, nous nous lançons dans un voyage traversant six siècles d’art pictural, depuis les primitifs Flamands jusqu’à Pierre Bonnard.

Eugène Boudin, Crinolines sur la plage, 1863
Eugène Boudin, crinoline sur la plage, 1863

Une vie consacrée à la création d’une éblouissante collection

Né en Argentine en 1915, d’une grande famille industrielle, Georges Bemberg a partagé sa vie entre l’Europe et les Etats-Unis. Homme très érudit, aux prédispositions artistiques et littéraires, il se passionne pour les beaux arts. D’abord à New-York puis en France après la guerre, il s’initie au marché de l’art et développe tout au long de sa vie sa collection. Il aime toute formes d’expressions artistiques: les portraits des peintures anciennes (XVe- XVIIle siècle), les grands maitres vénitiens comme Canaletto et Guardi, les paysages baignés de lumière des impressionnistes et les couleurs vibrantes des nabis et des fauves. « C’était un homme très discret » commente Sylvie Wuhrmann. Cependant, passionné par sa collection, il a souhaité la partager avec le public. Aussi dès 1980, Georges Bemberg se met en quête d’un lieu pour abriter et montrer ses trésors; il trouve un splendide écrin à Toulouse: l’hôtel de l’Assézat.

Les peintures anciennes -de la Renaissance au siècle des lumières- (France et Ecoles du Nord, Italie et Espagne)

Andrea Previtali, Portrait de jeune homme au bonnet noir, début XVIe, ©thegazeofaparisienne

Ici les portraits prédominent. La première salle présente les oeuvres en clair- obscur et carmin de peintres flamands et français du XVe et XVIe , dont celles de Gérard David, François Clouet, et Adriaen Isenbrandt.

Suit le splendide groupe des grands maîtres Italiens du XVIe au XVIIIe siècle dont Andrea Previtali, Véronèse ou encore Tintoret et les paysages magnifiques des Vénitiens Canaletto et Guardi. Juste à côté, une salle est consacrée à l’univers singulier de Cranach l’ancien. J’y admire « Venus et le cupidon volant le miel » …

Lucas Cranach l’Ancien, Venus et Cupidon volant du miel, 1531

La visite se poursuit avec l’ensemble du Siècle des lumières dont le portrait de la ravissante Comtesse Anna Flora peint par Elizabeth Vigée Le Brun et les lumineuses robes blanches des toiles de Boilly.

Les Modernes – de Monet à Bonnard

  • Eugène Boudin, Crinolines sur la plage, 1863
  • Camille Pissaro, 1871
  • Gustave Caillebotte , 1890
  • Claude Monet, 1883
  • Paul Signac,clocher de St Tropez,1896

Cette collection présente des chefs-d’oeuvre exceptionnels de l’art pictural du XIXe et XXème siècle (Monet, Gauguin, Caillebotte, Pissaro, Berthe Morisot, Braque, Matisse, Odilon Redon, Eugène Boudin, Braque…). Les Sublimes paysages aux couleurs éclatantes, des bords de mer baignés de lumière, et de magnifiques portraits nous éblouissent.

La salle se prolonge par des magnifique dessins des grands artistes de l’époque tels Picasso, Modigliani , Berthe Morisot ou encore Renoir .

Pablo Picasso, portrait d’Angel fernando de soto , 1900, ©thegazeofaparisienne

L’exposition s’achève en apothéose avec les oeuvres de Bonnard -dont la Fondation Bemberg détient le plus important ensemble (plus d’une trentaine d’oeuvres) en mains privées. Elle retrace toute l’évolution de son art, et présente en particulier deux auto-portraits tardifs très émouvants.

Pierre Bonnard, Le Cannet, 1930

C’est la première fois que la collection Bemberg est montrée hors des murs de l’hôtel d’Assézat de Toulouse où elle a élu domicile depuis 1995. L’exposition se termine à la fondation de l’Hermitage de Lausanne le 30 Mai, et va ensuite voyager aux Etats-Unis (à San Diego puis à Houston), avant de rentrer en 2022 retrouver son écrin toulousain entièrement rénové.

Caroline d’Esneval

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s