Site icon THE GAZE OF A PARISIENNE

Marfa ou mAR(T)fa, au milieu du désert américain

🇬🇧ENGLISH VERSION (Click here)

Mon voyage à Marfa

À Mar(t)fa plutôt

C’est un choc visuel, un choc culturel – amoureuse de l’art et des paysages, toutes mes émotions sont en ébullition. C’est la découverte d’un univers à part, tout est beau, tout est nostalgie dotée d’une pointe de sécheresse aride. J’aime cette chaleur, non pas étouffante, cette sensation de liberté, ces paysages à perte de vue. Pendant ces 48 heures, je me crois dans un film, dans une époque rêvée, dans ce que mon imaginaire jamais n’aurait pu créer

 

Je ne sais plus je ne sais pas ou je suis, dans un clip de Lana Del Rey peut être – tout mes sens sont en éveil malgré la chaleur assommante. Marfa est le sanctuaire de l’art contemporain! Je suis envahie, je suis ébahie – captivée par cette atmosphère, cet univers. Tout est découverte, stations services, bâtiments, paysage – ce lieu est “étrangement inspirant”.


 

 

“À Marfa, on est donc en plein paradoxe, entre l’art américain visionnaire de Donald Judd, les vestiges du rêve américain de la grande époque hollywoodienne, et la ville, pauvre et isolée” constate Benjamin Millepied. En effet, le chorégraphe était à Marfa le mois dernier; dans un article du Figaro Madame, « Il partage pour la première fois ses impressions américaines, avant les spectacles de sa compagnie L.A. Dance Project à la fondation Luma, à Arles. »

 

 

Marfa semble à la mode, bien que ce voyage ne soit pas des plus aisés. Depuis New-York, il faut d’abord passer par Dallas puis voler vers  El Paso pour ensuite conduire pendant plus de trois heures avant d’enfin arriver dans cette ville de 1900 habitants.

J’ai adoré la route pour s’y rendre, ces 300 kilomètres sont “au beau milieu d’un désert horizontal à perte de vue ».

Benjamin Millepied décrit cette expérience avec perfection : “le trajet affine votre regard et purge votre esprit pour mieux vous préparer à une ex­périence où l’art vous rapproche de la nature.”

Marfa est le paradis de l’art contemporain minimal américain, celui de Donald Judd avant tout qui dès son adolescence tombe amoureux de cet endroit. Il a besoin d’espace, toute la conception de ses oeuvres s’inscrit dans une réflexion concernant l’inscription de celles-ci dans un  un vaste espace. On lui doit une bonne partie de la Chinati Foundation; où les oeuvres monumentales de ses deux meilleurs amis Dan Flavin et John Chamberlain occupent de vastes hangars. La visite de sa maison/atelier est aussi une expérience bouleversante permettant de comprendre l’importance qu’il accorde aux détails, son mode de vie mais surtout une partie du cheminement de ses pensées. J’admire cette discipline, ce sens de l’organisation et cette créativité débordante. L’artiste prône l’assiduité, le travail acharné. Lorsqu’il veut se reposer, le repos doit être total, aucune assise confortable n’existe dans ces lieux; soit nous nous asseyons sur des chaises inconfortables propres à la créativité et concentration, soit nous nous allongeons sur des lits présents dans de nombreuses pièces – une bonne partie du mobilier est bien évidemment signé Judd.

A Marfa, je suis submergée par cette “Summertime Sadness” but I’m feeling even more alive.

 

Le meilleur programme à Marfa 

ne vous rendez pas à Marfa un lundi ou mardi, tout est fermé … c’est déjà une ville fantôme les autres jours … je vous laisse imaginer le début de semaine.

Où dormir ? 

El cosmico, autant jouer le jeu et dormir dans une tente ou dans un « trailer » coloré

El cosmico,

Où diner / déjeuner 

Best Breaksfast in town : Do your thing coffee,n’oubliez pas de lire le journal local ‘The Big Bend Sentinel » tout en buvant un ice chai latte.

Pizza Foundation, une des meilleures pizza que je n’ai jamais mangé

Pizza Foundation,

Pour un break à n’importe quel moment,

Laventure à l’hotel St George

Marfa Burrito pour le breakfast is also very cool

Food shark est le Food truck a essayer !

Absolument voir le café Frama qui se trouve dans une lavomatic !

Le soir, vous n’avez pas le choix, rendez-vous pour une soirée texane dans un saloon : Lost Horse Saloon

 

Que voir ? 

ne surtout pas louper le nouveau bâtiment/installation de Robert Irwin, tout repose sur le jeu avec la lumière et notre perception.

La Chinati Foundation

Le studio et tout l’univers de Donald Judd,

Le Prada Shop (US-90, Valentine, TX 79854) par Elmgreen & Dragnet – Art Production Fund 

Ballroom Marfa 

 

Voila ! C’est un choc visuel, je vous encourage vivement à vous rendre à Marfa.

Project voyage … riche en couleurs … La Havane .. Viva Cuba !

See you soon,

xxx

Emilie

 

Quitter la version mobile