Mademoiselle S – Lettres d’amour 1928-1930 – Présenté par Jean-Yves Berthault

(Pour feuilleter premières pages 🙂 Mademoiselle S.. Lettres d'amour 1928-1930

English version The Passion of Mademoiselle S – Love letters

Le mois dernier, je déjeunais avec mon amie Elizabeth qui me lance avec enthousiasme  : je vais te présenter Jean-Yves Berthault qui publie la correspondance de Mademoiselle S ! je l’écoute distraitement. Jusqu’à ce jour où j’ai entre les mains ce petit livre rose et là,  je découvre les lignes merveilleuses de l’histoire d’amour entre Simone et Charles.

Jean-Yves Berthault et Diane Brossollet Caloni

Jean-Yves Berthault et Diane Brossollet Caloni

Une histoire étonnante et un heureux hasard font qu’un jour en voulant débarrasser une cave, Jean-Yves Berthault, intrigué par des bocaux vides, protégés par des vieux journaux, s’empresse de les déplacer pour révéler ce qu’il pressent immédiatement  : un « fabuleux trésor » ! une sacoche en cuir gravée d’initiales contenant une multitude de lettres.

En poste à Brunei, cet ambassadeur, va passer un an à les lire, à retrouver une chronologie, à sérier, et à sélectionner, de sorte qu’apparaisse avec la plus grande netteté l’évolution de la relation. Il ne reste en effet dans le livre que 61 lettres sur les quelque 200 que contenait la sacoche. Il va surtout découvrir cette tragique histoire d’amour entre Simone et Charles, la passion dévorante qui unit cette  jeune femme à cet homme si beau et si confortablement marié, à qui elle se donne sans concession jusqu’aux  perversions sans limite afin de garder cet amour impossible.

Cette jeune femme de bonne famille,  moderne, dans les mêmes années que l’héroïne de Belle de Jour, se laisse alors entrainer dans une prose d’une crudité sans égale, cherchant dans la transgression, à susciter en vain l’éblouissement et l’amour de son amant en devenant sa « salope chérie » !

« …ce bonheur là n’est pas possible… » 

 « ..Je veux à notre prochain rendez-vous te prouver que je sais souffrir pour que tu sois heureux… « 

Guy Zilberstein

Guy Zilberstein

Dès le les premières pages, je suis saisie par la beauté des mots qui, naturellement comme par magie, s’accordent si parfaitement. Elizabeth avait raison : la crudité des mots utilisés, leur profusion, ne choquent pas le lecteur sublimé par la beauté de cette littérature épistolaire.

« ..Quelles que soient les caresses que ton désir te dicte, tu sais que je les aime toutes. Si tu as des passions nouvelles, révèle-les, je les ferai miennes comme j’ai fait miens tes vices… »

J’éprouve rapidement de la tristesse pour cette femme prête à tout pour un homme qui la considère juste comme un très beau jouet sexuel, organisatrice de ses fantasmes, elle qui rêverait  de sentiments tendres, d’une seule nuit passée avec lui !

Que désirait « Simone », comme l’a rebaptisée JYB  qui tout en gardant ses lettres, les avait si soigneusement cachées, imaginait-elle qu’un jour son histoire serait dévoilée au grand jour et deviendrait peut-être éternelles ou au contraire retomberaient-elles très vite dans l’oubli ?

Jean-Yves Berthault Marie-Hélène Kollen Orban et Dominique Gagneux

Jean-Yves Berthault Marie-Hélène Kollen Orban et Dominique Gagneux

Je tiens à souligner la délicatesse de Jean-Yves Berthault qui dans ses préface et postface nous trace le portrait de cette grande amoureuse et qui accentue avant tout l’importance de cette passion. Ces lettres nous livrent un témoignage unique sur une passion amoureuse à la fin des années 20 : elles sont d’une modernité étrange tout en étant rédigées dans une très belle écriture . Elles nous enseignent que la transgression n’est pas l’apanage de la fin du 20ème siècle (comme l’écrit Jean-Yves Berthault, notre siècle hoquette plus qu’il n’innove). Il est également troublant de lire cette prose alors que l’amant est absent : son mutisme le rend encore plus présent. L’amante n’est-elle le jouet sexuel qu’elle prétend alors que ses sentiments et ses obsessions amoureuses occupent tout l’espace du roman ? Comment ne pas rapprocher cette expérience des Lettres d’une religieuse portugaise qui expriment l’intensité de toutes les phases de la passion amoureuse ? Certes, les lettres de Mademoiselle S. sont charnelles, pornographiques dans la noblesse du terme mais s’affranchissent, dans le secret d’une correspondance privée, des codes de la bienséance communément admis dans la vie en société, qu’il s’agisse du Grand Siècle ou des années 1920. Ces deux témoignages sont sur le même genre, celle de la folle passion amoureuse. L’une exprime la dévoration des sentiments ; l’autre celle de l’attraction des corps et de la relation physique. Il est permis de penser que le lecteur éclairé du 17ème siècle, le siècle des saints et de la Contre-Réforme, a été sincèrement choqué, comme le sera le lecteur contemporain, par ce récit, ici celui d’une religieuse, maintenant d’une jeune femme célibataire. Il s’agit peut-être du dernier témoignage du genre à l’époque des réseaux sociaux et de l’internet.

« …Ce soir mon cher amour, je suis toute pleine de tendresse et je n’ai qu’un regret. Celui de ne pouvoir te dire, la tête sur tes genoux, tous les mots qui montent de mon coeur à mes lèvres. Je voudrais que tu fusses là ce soir, comme ce serait doux !…

Détail amusant, au début du volume, nous avons l’expertise de Frédéric Castaing, expert en autographes et documents historiques, prouvant l’existence de ces lettres, tant la véracité de cette histoire semble incroyable.

Charles Jaigu, Jean-Yves Berthault et Marie de Maigret

Charles Jaigu, Jean-Yves Berthault et Marie de Maigret

Jean-Yves Berthault et Florence Briat-Soulié

Jean-Yves Berthault et Florence Briat-Soulié

Cette Mademoiselle S. sera-t-elle l’inspiratrice de nos  mots d’amour du XXIe siècle ?

Le livre est déjà traduit en onze langues, la publication en anglais est prévue en janvier 2016 par l’éditeur Heinemann, celui de Cinquante nuances de Grey.

Florence Briat Soulie

 

Mademoiselle S. . Lettres d’amour 1928-1930

Présenté par Jean-Yves Berthault

Coédition Gallimard / Versilio

Hors série Littérature, Gallimard

Parution : 21-05-2015

 

http://www.slate.fr/story/95907/50-nuances-de-grey-simone

http://www.susannaleaassociates.com/livre.aspx?id=365

13 réflexions sur “Mademoiselle S – Lettres d’amour 1928-1930 – Présenté par Jean-Yves Berthault

  1. On a du mal à croire qu’en 1920 une jeune femme ait pu écrire de telles lettres, l’histoire de Mademoiselle S est cependant très touchante et même si elle emploie un vocabulaire d’une extrême crudité, le style est sublime ! et contrairement à fifty shades of grey l’histoire est réelle !

    J'aime

    • j’ai acheté ce livre en e-book ; j’en ai lu 30 % seulement, très déçue, je suis peut-être « spéciale », mais j’ai détestée ce langage cru, vulgaire, ce ne sont que des lettres, sans jamais de réponse, je me suis ennuyée jusqu’au moment où j’ai abandonné le livre et je regrette énormément mon achat, par contre, j’ai lu les 5 tomes de AFTER, non je les ai dévorés plutôt, j’y ai passé des nuits…. et ces livres, oui sont super,, ils sont érotiques mais au moins il y a une histoire d’amour, ce ne sont pas que des mots crus (mais peut-être cela plait-il plus aux hommes qu’aux femmes) ; je précise que j’ai 60 ans, ma fille de 30 ans l’a commencé aussi et s’est arrêté à 25 % du livre…… donc pas une question d’âge. Ne dépensez pas votre argent pour ce livre, il n’en vaut pas la peine, par contre AFTER, mille fois oui, encore mieux que 50 nuances de Grey ; Bonne lecture. En un mot, très déçue de Mademoiselle S, aucune histoire dans ce livre.

      J'aime

      • Moi je ne suis pas d’accord, je trouve que cette correspondance de la mystérieuse Mademoiselle S passionnante d’un vrai érotisme, c’est une vraie manipulatrice, les notes sont très bien faites et ne pas avoir les réponses, au contraire rajoute un vrai plus à ce livre…

        J'aime

      • L’histoire d’amour est suggérée dans les lettres de Simone (car les siennes sont les seules à avoir été découvertes) et elle est à deviner par le lecteur. Il faut voir au-delà des mots crus. Peut-être si vous lisez l’épilogue de l’éditeur ou ses notes de bas de page, cela vous aiderait à mettre les choses en perspective. De toute façon, je ne les comparerais pas au 50 nuances de Grey, qui, à mon avis, est ridicule.

        Aimé par 1 personne

  2. Je viens de lire les lettres de cette mystérieuse Mlle Simone et j’ai été très surprise par la beauté du style, ainsi que par la richesse de ses fantaisies et souvenirs sexuels. Il aurait été intéressant de voir toute la correspondance, c’est-à-dire y compris les réponses de Charles, pour compléter l’image de leur relation. En tout cas, ceux qui aiment ou qui veulent découvrir la littérature érotique en ont de quoi se régaler!

    J’écrirai mes impressions sur cette collection de lettres sur mon blog (dédié aux livres et aux voyages), mais j’attendrai la parution de l’édition roumaine. 🙂

    J'aime

  3. Pingback: ‘La pasión de Mademoiselle S’ Lettres d’amour 1928-1930 « Sensual Kerassi

  4. Hola, es la primera vez que hago estoy no sé si da resultado. El caso es que en Esoaña se ha publicado el libro este mes de enero y lo acabo de leer. Lo que viene ha decir las cartas lo entiendo, ella tremendamente enamorada hace todo para qye el esté satisfecho cuan en esa gira tienen su momento de lujuria. Pero me ha dejado con unas cuantas preguntas que no sé si alguien puede responderme. Quizás sea curiosidad pero me gustaría saber ciertas cosas. Yo las dejo aquí y si alguien como el embajador, la traductora o alguien cercano a quien a editado el libro me pudiera responder daría por terminado el libro. Así, me falta algo más.
    Me gustaría saber si la casa donde se encuentra las cartas perteneció a su amante si son las qye ella les mandaba o se ha podido averiguar qué han pasado de mano o se las devolvió a ella.
    Doy por echo que la deja ante el reconocimiento por parte de él de su tendencia homo cédula, o me equivoco?
    Como bien se dice, cambia los nombre por lo que entiendo que el embajador habrá indagado quienes eran ellos. Quién era el? No se ha encontrado ninguna carta de él a ella? Las otras cartas faltan son porque están muy serio radas o porque dicen el final.
    Qué pasa después? Ahí se queda sin más.
    Como verán, falta saber más cosas. Sé que el libro está basado en el amor inmenso que ella tiene por el hasta el punto de saber que le pierde (creo) con tal de que el tiempo que pasan juntos se especial.
    También entiendo, que para la época esa escritura ese tipo de lectura ese desbordamiento a la hora de escribirle no era usual, pero que la llevo a ello? Quiera ella?
    No se quizás esto no lo lea nadie, ni se le de importancia que para mí tiene pero quería intentarlo.
    Que puedo hacer para que me firme el libro?

    Por favor, no se francés así que si alguien contesta porfavor que sea en español.

    Si lo lee alguien y contesta, Gracias!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s