Beauté Congo 1926-2015 à la Fondation Cartier

Fondation Cartier - Beauté Congo 1926-2015 Les artistes

Fondation Cartier – Beauté Congo 1926-2015
Les artistes – ©Thegazeofaparisienne

On croit qu’on va faire un voyage, mais bientôt c’est le voyage qui vous fait et vous défait » Nicolas Bouvier 

Bodys Isek Kingelez (1948-2015)

Bodys Isek Kingelez (1948-2015) – ©Thegazeofaparisienne

Cette fois-ci la fondation Cartier nous offre un voyage de 90 ans en Afrique, c’est l’impression première que nous ressentons, mais très vite nous oublions le point géographique  et nous nous intéressons aux oeuvres et aux artistes, à leurs propres personnalités, avec nos émotions et nos propres goûts.

Albert Lubaki (Né vers 1895 Bas Congo )

Albert Lubaki (Né vers 1895 Bas Congo ) – ©Thegazeofaparisienne

Ce n’est pas l’art africain qui m’intéresse, c’est l’art.. » André Magnin

Fondation Cartier - Beauté Congo 1926-2015

Fondation Cartier – Beauté Congo 1926-2015

Fondation Cartier - Beauté Congo 1926-2015

Fondation Cartier – Beauté Congo 1926-2015

Fin des années 20,  grâce à Georges Thiry, fonctionnaire colonial belge,  Albert Lubaki et sa femme Antoinette, furent reconnus pour leur talent et  leurs oeuvres furent exposées lors de l’exposition coloniale internationale de 1931 à Paris dans le pavillon du Congo. Je lis les lettres, cartons d’invitations d’une autre époque.

 

Plan de l'exposition coloniale de 1931 à Paris

Plan de l’exposition coloniale de 1931 à Paris – ©Thegazeofaparisienne

Ces précurseurs furent présentés fin des années 20 début des années 30 à Bruxelles en même temps que Magritte, Paris, Genève, Rome, déjà à l’époque ces artistes ont eu une visibilité et reconnaissance. il ont disparu en 1935 en raison des évènements que nous connaissons.

Mode Muntu (1940-1985)

Mode Muntu (1940-1985)

En 46 à la fin de la guerre, Pierre Marin Desfossés, peintre du dimanche crée le hangar et réunit des artistes, les laissant libres dans leurs créations, ils sont présentés au MoMA à New York en 1952

Cheri Samba

Cheri Samba

Puis arrivent dans les années 70  les artistes « populaires » désignés ainsi par la star  Chéri Samba qui  enfant, disait à son père  « Quand je serai grand, je serai un grand dessinateur ». Sacrée personnalité, Chéri Samba  pourrait nous raconter son histoire pendant des heures, nous l’écoutons raconter son art, sa vision, parfois nous sourions mais avec raison il insiste sur leur existence propre. Il se laisse interrompre et la conversation continue avec Kiripi.

Chéri Samba (Détail)

Chéri Samba (Détail) – ©Thegazeofaparisienne

Ce dernier photographe a créé une biennale d’art contemporain à Kinshasa, plateforme pour que les artistes rencontrent les professionnels du monde de la culture, créer un marché, des échanges qui répondent aux préoccupations actuelles.

Ambroise Ngaimoko Studio 32 (Né en 1949)

Ambroise Ngaimoko Studio 32 (Né en 1949)

C’est une peinture qui vient du peuple, concerne le peuple et s’adresse au peuple… et j’ai trouvé que le terme « populaire » etait le plus approprié… » Chéri Samba

 

Fondation Cartier - Beauté Congo 1926-2015

Fondation Cartier – Beauté Congo 1926-2015 – ©Thegazeofaparisienne

Ce qui se ressent chez ces artistes, c’est leur liberté, sans contraintes, modes ou influences quelconques. Sont présentées également les photos noir et blanc de Ngaimoko des années 70, nous montrant des jeunes sapeurs, pantalons pattes d’éléphants qui posent dans son Studio 3Z.

J’ai quitté les silhouettes élégantes de Mode Muntu et  me suis promenée dans la ville fantôme de Kingelez, une ville rêvée, reflet de sa vision d’un monde meilleur ?

Rigobert Nimi (Né en 1965)

Rigobert Nimi (Né en 1965) – ©Thegazeofaparisienne

j’ai regardé la sculpture futuriste de Rigobert Nimi , s’éclairer et tourner devant moi, et j’ai été surprise devant tant d’imagination, d’invention…

Je suis attirée par les  grands yeux de l’étrange tête de Steve Bandoma ourlés non pas de sourcils mais de doigts,  en regardant de plus près on aperçoit d’autres têtes, que cherchent-elles ?

La plupart de ces artistes sont déjà collectionnés par des grands musées et collectionneurs. Les artistes présents expliquent chacun leur projet, leur rêve, leur envie de reconnaissance. C’est une première que tous ces artistes soient réunis à Paris dans cette fondation dédiée à l’art contemporain. Et c’est un long voyage de 90 années d’art à travers les peintures, sculptures, photographies de ces artistes congolais dans ce lieu, rythmé par la  musique très présente (jazz, soul, rap..) , que la Fondation Cartier et l’art contemporain africain nous proposent aujourd’hui.

Florence Briat Soulie

Steve Bandoma (Né en 1980)

Steve Bandoma (Né en 1980) – ©Thegazeofaparisienne

Fondation Cartier pour l’art contemporain.

261 bd Raspail – 75014 Paris

Beauté Congo – 1926 -2015 – Congo Kitoko

11 juillet – et prolongation jusqu’au 10 janvier 2016

Monsengo Shula

Monsengo Shula

Commissaire d’exposition : André Magnin

Commissaires associés : Leanne Sacramone et Ilana Shamoon assistées d’Adriana Patrascu et Marie Perennes.

Fondation Cartier - Beauté Congo 1926-2015 Catalogue de l'exposition.

Fondation Cartier – Beauté Congo 1926-2015
Catalogue de l’exposition. – ©Thegazeofaparisienne

 

http://fondation.cartier.com/#/fr/art-contemporain/26/expositions/2408/en-ce-moment/1789/beaute-congo/

 

Une réflexion sur “Beauté Congo 1926-2015 à la Fondation Cartier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s