Save the date 4/11/2016


  • Vente aux enchères des oeuvres des artistes du 61e Salon de Montrouge

Samedi 5 novembre 2016 à 18h

Vente aux enchères publique à 18h et sans frais, faîtes votre choix ! 
Dirigée par Frédéric Chambre  et Ami Barak & Marie Gautier, commissaires du 61e Salon de Montrouge.

ART DATING à  17H
Rencontre avec les artistes autour d’un verre

Salon de Montrouge

Salon de Montrouge

Beffroi – 2 place Emile Cresp – 92120 Montrouge
Salle Nicole Ginoux

 Voir article The Gaze Salon de Montrouge

Catalogue en ligne et informations pratiques http://www.salondemontrouge.com/379-fr.htm

Johanna Benaïnous & Elsa Parra

Johanna Benaïnous & Elsa Parra Bourse Révélations Emerige 2016 & Salon de Montrouge 2016

  • Dom Juan, de Molière – mise en scène Jean-François Sivadier au Théâtre de l’Odéon

du 14 septembre au 4 novembre 2016 

 

Si vous n’avez pas encore été voir cette pièce magnifiquement mise en scène par Jean-François Sivadier et servie par des acteurs intenses, engagés dont Nicolas Bouchaud, flamboyant et royal, et son Sgnararelle, Vincent Guédon, truculent !

Un Dom Juan dépoussiéré, rock, servi par une scénographie à la fois théâtrale et cinématographique, une sorte de « road movie » où chaque personnage est dans l’’extrême, et que la langue de Molière rend si moderne et contemporain.

Les thèmes de la fidélité, le refus du lien, la mort, Dom Juan que l’on aime et que l’on déteste à la fois, tout en étant attirés comme des aimants par cette personnalité hors du commun, tel un héros mythique.

Jean-François Sivadier nous emporte définitivement dans son univers riche et passionnant où le génie de Molière s’exprime parfaitement. À voir de toute urgence.

http://www.theatre-odeon.eu/fr/2016-2017/spectacles/dom-juan

Dom Juan

Dom Juan

  • Exhibit: Oscar Wilde: L’impertinent Absolu at the Petit Palais

In the first major French exhibit dedicated to Oscar Wilde, the Petit Palais has gathered an eclectic collection of visual art and written vestiges linked to the life of the renowned playwright, novelist, essayist, and poet. From paintings he praised (or insulted) during his early days as an art critic to letters he wrote to André Gide asking for money when he was first released from prison, the exhibit constitutes a near-comprehensive review of Wilde’s life and work. Especially notable is a series of photographs taken by Napoleon Sarony when Wilde first arrived in New York in 1882, as well as the iconic John Singer Sargent depiction of Ellen Terry as Lady Macbeth.

CURATORS:

Dominique Morel : chief curator, Petit Palais

Merlin Holland : academic adviser

September 28th 2016 – January 15th 2017

A series of photo portraits taken by Napoleon Sarony in New York.

A series of photo portraits taken by Napoleon Sarony in New York.

 

  • Oscar Wilde: L’impertinent Absolu au  Petit Palais

Pour la première fois en France une exposition est entièrement dédiée à Oscar Wilde au Petit Palais qui présente une collection éclectique d’oeuvres visuelles et écrites ayant un lien avec la vie de l’écrivain. Des peintures qu’il louait ou descendait comme critique d’art aux lettres qu’il écrivait à André Gide pour lui demander de l’argent à sa première libération de prison. Cette exposition nous donne une description de la vie et du travail d’Oscar Wilde. Nous pouvons voir une série de photos très intéressantes et emblématiques prises par Napoléon Sarony quand l’écrivain arriva à New York en 1882. Un beau portrait d’Ellen Terry en Lady Macbeth par John Sargent est également exposé.

COMMISSARIAT :
Dominique Morel : conservateur en chef au Petit Palais
Merlin Holland : conseiller scientifique

28 septembre – 15 janvier 2017

Petit Palais

Avenue Winston Churchill – 7500

A series of photo portraits taken by Napoleon Sarony in New York.

A series of photo portraits taken by Napoleon Sarony in New York.

  • The Café at the Petit Palais

If you’ve managed to catch the Oscar Wilde exhibit on one of the last few warm fall days, make sure to check out the garden and café in the Petit Palais. It features mosaic-lined pools, swaying palm trees, and Dorric columns topped with ornate décor. And even if it’s cold, the interior of the café isn’t too shabby for a steaming cup of tea or a whipped-cream-laden Viennese coffee. On your way out, don’t forget to stop by the archetypal Belle Époque painting of Sarah Bernhardt, which French artist Georges Clairin painted in 1876.

Petit Palais - Copyright ©Estelle de Talhouet

Petit Palais – Copyright ©Estelle de Talhouet

  • Pause café dans restaurant du Petit Palais au milieu du jardin.

Si vous réussissez à voir cette exposition d’Oscar Wilde dans ce début d’automne où les jours sont encore ensoleillés, ne ratez pas le café qui se trouve dans le jardin du musée avec un décor antique avec les belles mosaïques, les colonnes doriques, ses palmiers…. et même si il fait froid vous pouvez vous installer à l’intérieur pour déjeuner ou simplement une tasse de thé ou un café viennois. En partant jetez un coup d’oeil aux tableaux de la Belle Epoque, les portraits de Sarah Bernhardt de l’artiste français Georges Clairin en 1876.

  • Exhibit: Picasso-Giacometti at the Picasso Museum

There are very few relationships to me that are as fascinating as friendships between artistic contemporaries. I got a glimpse at one such companionship the other day, at the opening of the Picasso-Giacometti exhibit at the Musée Picasso. The chunky, explosive quality of Picasso’s paintings and sculpture, coupled with the delicate grace of Giacometti’s work, make for varied rooms full of distinct textures. While you shouldn’t expect to see any clear connection between the two artists’ styles – the rooms are organized by themes that the pair had in common, but the connections usually feel forced by the exhibit as opposed to organically developed – the visit is most enjoyable when interpreted as a comparison between Picasso and Giacometti, a study in the specifics of their divergent styles and the common temporal influences that produced each one.

The naturally-lit landing on the second floor was the perfect mies-en-scene for this serene Giacometti bust.

The naturally-lit landing on the second floor was the perfect mies-en-scene for this serene Giacometti bust.

  • Exposition Musée Picasso – Picasso – Giacometti

Il y a très peu de relations qui m’apparaissent aussi fascinantes que l’amitié entre des artistes contemporains. L’autre jour, j’ai eu un aperçu d’une telle relation, à l’ouverture de l’exposition Picasso – Giacometti au Musée Picasso. La dextérité explosive des peintures et sculptures de Picasso face à la grace délicate du travail de Giacometti, nous fait découvrir une grande variété de pièces, de matières différentes. Cependant je ne perçois  pas complètement la connexion entre les deux artistes. Les salles sont organisées par thème que tous deux ont en commun, mais les liens me semblent pas naturels et me paraissent imposés par le musée. J’aurais préféré voir les différences entre les deux artistes car pour moi ce qui est intéressant c’est de découvrir leurs inspirations communes sur leurs oeuvres et de laisser transparaitre leur amitié au lieu de se forcer à chercher les ressemblances que je ne vois pas forcément. 

Picasso’s “Swimmers” is a collection of six life-sized abstract figures that suggest human forms, each depicting a particular character at the beach.

Picasso’s “Swimmers” is a collection of six life-sized abstract figures that suggest human forms, each depicting a particular character at the beach.

4 octobre 2016 – 5 février 2017

Musée Picasso

5 rue de Thorigny – 75003 Paris

Commissaire : Catherine Grenier

Picasso and Giacometti also both played with the weight of shapes in relation to each other - in both their paintings and sculpture, forms balance on top of each other in gravity-defying arrangements. This is one of the few rooms of the exhibit that truly testifies to the artists’ aesthetic similarities.

Picasso and Giacometti also both played with the weight of shapes in relation to each other – in both their paintings and sculpture, forms balance on top of each other in gravity-defying arrangements. This is one of the few rooms of the exhibit that truly testifies to the artists’ aesthetic similarities.

 

  • Book: Lunch Poems by Frank O’Hara

    Franck O'Hara

    Franck O’Hara

    Lunch Poems is a collection of that type of poetry that doesn’t quite make sense, but is unwaveringly and irresistibly beautiful just the same. New York School poet Frank O’Hara bounces from mundane to metaphysical, from humorous to poignant, and from pragmatic to lofty – all while periodically name-dropping various New York School cohorts, as well as streets and locales scattered around downtown Manhattan. It’s best enjoyed somewhere on a park bench basking in the sun during these last few pristine autumn days. And if you want to be as authentic as possible, save it to read on your lunch break – most of them appear to be written while O’Hara was wandering the streets of New York during his own midday recess.

Des poèmes écrits souvent à l’heure du déjeuner, Franck O’Hara nous dépeint l’instant…

Danielle Cohen, Angélique Servin et Florence Briat Soulie

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s