Soulèvements

DERNIERS JOURS  d’une exposition renversante…

Jusqu’au 15 janvier 2017

Musée du Jeu de Paume

Commissaire d’exposition : Georges Didi-Huberman

Mécénat : Isabelle Marant, créatrice de mode a choisi de s’associer à cette exposition qui quittera Paris pour plusieurs destinations Barcelone; Bueno Aires., Mexico et Montréal.

 

Soulèvement c’est à la fois un geste, une émotion. Cette exposition qui se termine dans 3 jours est bouleversante.

Soulèvement : / nom masculin /

– Fait de se soulever, d’être porté vers le haut, état de ce qui est soulevé

– Mouvement collectif et massif de révolte
C’est une intellectualisation du mouvement dans tous ses sens.
L’exposition se divise en 5 parties : – Éléments (déchaînés) – Gestes (intenses) – Mots (exclamés) – Conflits (embrasés) – Désirs (indestructibles)

Dennis Adams "Patriot" Série Airborne, 2002

Dennis Adams
« Patriot »
Série Airborne, 2002

J’adore le concept – j’aime l’assemblage de ces mots et surtout le sens qu’ils prennent suite à ces combinaisons. L’intensité des gestes est fortement explorée, en effet se soulever est premièrement un geste. L’utilisation du terme déchainé est aussi très évocateur, Se soulever, comme lorsqu’on dit « une tempête se lève, se soulève », on comprend ici l’intensité de l’aléa naturel. Mais ce terme peut être comprit autrement, en effet dans ce mot nous pouvons y voir le terme chaine, le fait d’être enchainé n’est-il pas à l’origine même de certains soulèvements ? L’enchainement ne mène t’il pas obligatoirement au déchainement ?

Anette Messager "Les Piques" 1992

Anette Messager
« Les Piques »
1992

Les oeuvres d’Henri Michaud succèdent à celles de Goya, celles de Goya succèdent à une installation d’Annette Messager qui précède des caricatures de Daumier … C’est une véritable exploration – en mouvement au travers de différents courants artistiques. L’exposition est plus que vivante, s’alternent oeuvres vidéos, dessins et installations ; tous les médiums semblent être utilisés. “Soulèvement” repose sur l’étude et l’illustration des émotions collectives, de désordres sociaux, d’agitations politiques, d’insoumissions. Parfaitement illustratrices des ces événements politiques qui on participé au façonnement de notre histoire collective, cette exposition apparait à la fois comme un échappatoire. Un moyen de s’évader de cette lourdeur que sont ces mouvements de la vie. Couper du monde, dans le calme de ce musée – le temps semble s’arrêter. La visite de cette exposition en nocturne accentue certainement cette sensation. Nos sens sont exacerbés ; il s’agit d’une “pause” dans le temps, peut-être même une pause dans le “mouvement”. Seul nos déplacements vers les oeuvres, cette trajectoire que nous suivons apparait comme signe de mouvement.

Honoré Daumier "Les Femmes socialistes" Publié dans le Charivari, 1849

Honoré Daumier
« Les Femmes socialistes »
Publié dans le Charivari, 1849

“Soulèvement” repose sur l’étude et l’illustration des émotions collectives, de désordres sociaux, d’agitations politiques, d’insoumissions, “d’insurrections, de révoltes, de révolutions, de vacarmes, d’émeutes, de bouleversements en tous genres”. Parfaitement illustratrices des ces événements politiques qui ont participé au façonnement de notre histoire collective, cette exposition apparait à la fois comme un échappatoire. Un moyen de s’évader de cette lourdeur que sont ces mouvements de la vie. Couper du monde, dans le calme de ce musée – le temps semble s’arrêter. La visite de cette exposition en nocturne accentue certainement cette sensation. Nos sens sont exacerbés ; il s’agit d’une “pause” dans le temps, peut-être même une pause dans le “mouvement”. Seul nos déplacements vers les oeuvres, cette trajectoire que nous suivons apparait comme signe de mouvement. Le silence règne mise à part quelques tonalités qui s’échappent des oeuvres vidéos. Ce calme quasi absolu appelle au questionnement, à des interrogations diverses.

Soulèvements ©ThegazeofaParisiene

Soulèvements
©ThegazeofaParisiene

On s’amuse à admirer les études au bic de Joan Miro…. quelle sensibilité. C’est incroyable que de pouvoir s’immiscer dans l’imaginaire de cet artiste aux couleurs multiples. Nous tentons de comprendre son étude de l’utilisation de ses couleurs qui sont ici mentionnées par le nom.

Alberto Korda 1959

Alberto Korda
1959

“Ce qui nous soulève ? Ce sont des forces : psychiques, corporelles, sociales. Par elles nous transformons l’immobilité en mouvement, l’accablement en énergie, la soumission en révolte, le renoncement en joie expansive. Les soulèvements adviennent comme des gestes : les bras se lèvent, les cœurs battent plus fort, les corps se déplient, les bouches se délient. Les soulèvements ne vont jamais sans des pensées, qui souvent deviennent des phrases : on réfléchit, on s’exprime, on discute, on chante, on griffonne un message, on compose une affiche, on distribue un tract, on écrit un ouvrage de résistance.” Georges Didi-Huberman, commissaires de l’exposition.

Emilie Julie Renault

 

http://soulevements.jeudepaume.org/

Léon Cogniet "Les drapeaux" 1830

Léon Cogniet
« Les drapeaux »
1830

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s