Save the date 12 /03/2018

 

La date du 8 mars était proclamée  Journée de la femme , j’aimerais prolonger cette journée  et vous parler de femmes artistes rencontrées ces jours-ci et qui ont toutes une inspiratrice : la nature. Cela commence par un voyage au centre de la terre, une promenade imaginaire dans les jardins de Jennyfer Grassi qui se termine dans la forêt d’Eva Jospin  Le bruit des vagues écouté dans les murs de la nouvelle fondation Lafayette Anticipations. Un jeu de Dames à Fontainebleau, où nous sommes accueillis par Dame Nature d’Emmanuelle Briat.

Une dernière chose un livre très émouvant La veuve Basquiat 

  • Un voyage au centre de la terre

Une destination pas si lointaine, juste à côté du pont de Tolbiac, j’entre dans un immeuble désaffecté, et là commence ce voyage étonnant où nous entraîne Jérôme Sans.

Bruno Perramant

Evidemment, je suis attirée par un semblant de rideau noir plastifié, très curieuse de savoir ce qu’il me cache. Je rentre dans cette pièce mystérieuse, c’est  la nuit, peu à peu nos yeux s’habituent. J’aperçois un bouquet d’hortensias, fougères, briques recouverts de « cendres ». Je tourne autour, doucement, sur les murs apparaissent  des toiles tornades de Jennyfer Grassi. Nous sommes dans son univers onirique. Jennyfer m’explique cette installation, le pigment phosphorescent utilisé qui nous donne cette impression de photogramme,  * procédé  utilisé par certains photographes comme Man Ray, Edouard Boubat… Ce pigment est d’ailleurs extrait des terres rares, qui contiennent les minéraux indispensables aux produits de haute technologie. Ces terres rares deviennent un enjeu géopolitique majeur entre les Grandes Puissances (dont la Chine). Puis tout s’enchaîne, tourment,  joie, romantisme,  dans les jardins de l’artiste, se côtoient des vanités, des fleurs, des yeux qui nous observent, lorsqu’arrive le Maître :  Claude Monet, présence rassurante, et représenté sur une série de grandes toiles.

* Photogramme :  image photographique obtenue sans utiliser d’appareil photographique, en plaçant des objets sur une surface photosensible :  papier photo ou film, et en l’exposant ensuite directement à la lumière.

Le parcours continue dans ce bâtiment, à travers un dédale de couloirs, escaliers, piliers de briques,  peintures en lambeaux… et là grandes impressions, je me trouve dans cette forêt de carton construite par Eva Jospin. Des grands arbres ciselés, découpés  nous entourent et nous protègent. Une promenade dans les bois, cette immensité réduite à un matériau, le carton, et pourtant on s’y croirait dans cette forêt, je suis prête à entourer ces arbres de mes bras et sentir leur énergie ! Eva Jospin dont je garde le souvenir de cette oeuvre magnifique Inspirée par Hubert Robert connu pour ses peintures de ruines au XVIIIe siècle et placée dans la Cour Carrée du Louvre « Panorama ». Cette forêt vierge et ces rochers, en haut-reliefs, qui semblent issus d’un imaginaire végétal et minéral au centre de la Terre, résonne avec le « Panorama » de la Cour carrée du Louvre : là les façades du Louvre se reflètent sur l’acier poli-miroir et la forêt croit à l’intérieur du pavillon.

Chez Emerige, la végétation et le minéral se présentent à vous et vous êtes invités à découvrir les coulisses, tel un explorateur à la recherche d’une peuplade inconnue réfugiée au centre de notre planète. Nombre d’auteurs, comme Jules Verne et son Voyage au centre de la Terre (référence directe de Jérôme Sans) ou Edward Bulwer-Lytton (The Power of the Coming Race), ont illustré le culte ésotérique de la Terre creuse, avec l’existence d’une race d’êtres supérieurs, dont l’origine remonte à des âges antédiluviens, et dont la puissance passe par la maîtrise d’une énergie maîtresse de toutes les autres. L’exposition est ainsi un voyage initiatique au coeur de la création artistique, où l’explorateur est placé en contact direct avec l’artiste, maître de cette énergie mystérieuse qui est celle de la création et de l’imaginaire.

 

Et maintenant à votre tour de vous échapper au Centre de la Terre  et de rencontrer Bruno Perramant, Lucie Picandet, Romain Bernini, Pierre Seinturier, Khalil Joreige, Joana Hadjithomas.

Lucie Picandet
Prix Emerige 2015

VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE 

du 9 au 15 mars 2018
M° Bibliothèque François Miterrand

Voyage au Centre de la terre par Jérome Sans

 

  • A découvrir :

Lafayette Anticipations inauguré le 10 mars 2018, nouvelle fondation, nouveau concept dans le Marais. Le lieu entièrement restauré par l’agence OMA, agence de l’architecte néerlandais Rem Koolhas, présentera de l’art contemporain, du design et de la mode. A l’écoute des artistes,  cette fondation se veut une aide à la création et à la production d’oeuvres.

Lafayette Anticipations Expo Lutz Bacher The Silence of the sea

Elle a ouvert ses portes avec cette exposition de l’artiste américaine Lutz Bacher The Silence of the sea du 10 mars au 30 avril. Lutz Bacher vit et travaille à New York.

LAFAYETTE ANTICIPATIONS

9 rue du Plâtre – 75004 Paris

  • Jeux de Dames à Fontainebleau

“Jeux de Dames” est une association de plus de 200 artistes femmes couvrant de multiples champs créatifs. Cette association de soutien à la création a pour but de valoriser les Femmes Artistes et de présenter leurs oeuvres lors d’expositions ponctuelles et surtout d’un grand événement, une manifestation, qui se déroule autour de la  « Journée Internationale des Droits de la Femme ». Arts graphiques, décoratifs, musicaux et littéraires entrent en synergie pour vous proposer de nombreux événements en France. Jeux de Dames organise régulièrement à Fontainebleau des expositions et activités.

Emmanuelle Briat a installé sa « Dame Nature »  à l’Aigle Noir, hôtel historique de Fontainebleau, sa démarche artistique relève de la plastique végétale et du Land Art, ce courant d’art contemporain qui s’attache aux élément naturels et végétaux. Les créations sont le plus souvent éphémères et disparaissent par l’action des éléments naturels.

Infos :
lesjeuxdedames@gmail.com – 06 94 76 20 59

Du 8 au 18 mars 2018.

Emmanuelle Briat
Jeux de Dames – Hôtel Aigle Noir.

  • A lire :

Jennifer Clément « La veuve Basquiat » Editeur Christian Bourgois Editeur

New-York années 80;  l’histoire d’amour entre Basquiat et Suzanne Mallouk, c’est une histoire folle  et émouvante que je découvre. La vie déjantée de cette jeune fille avec ce monstre sacré de l’art Jean-Michel Basquiat.

Jennifer Clément « La veuve Basquiat » Editeur Christian Bourgois Editeur

Un livre déniché à Landerneau au Fonds Hélène et Edouard Leclerc à l’occasion de l’exposition “LIBRES FiGURATIONS années 80 “ dont le commissariat est assuré par Pascale Le Thorel qui était déjà la commissaire de la rétrospective de Jacques Monory toujours au FHEL.

http://www.fonds-culturel-leclerc.fr/En-cours-642-16-0-0.html

 

  • Une nouvelle exposition : 

Musée du Luxembourg – Le Tintoret Naissance d’un génie.

7 mars – 1er juillet 2018

http://museeduluxembourg.fr/expositions/tintoret-naissance-dun-genie

A écouter en podcast l’émission de Jean de Loisy sur France Culture  L’Art est la matière Tintoret, le vénitien est né il y a 500 ans

France Culture L’art est la Matière Le tintoret

Le Tintoret. Naissance d’un génie

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s