Galeristes / Collection

Par Charlotte Le Grix de La Salle

GALERISTES http://galeristes.fr/

“Un autre monde de l’art est possible”.

Galéristes / The Gaze…

Tel est le pari de Galeristes qui revient pour sa quatrième édition et confirme sa place sur la scène de l’art contemporain.

Dans cette semaine de la folie FIAC, faîtes un pas de côté et filez au Carreau du Temple découvrir ce salon à taille humaine, où la diversité, l’accessibilité et la convivialité rassureront les plus allergiques au monde souvent trop fermé des galeries d’art contemporain.

Dans un écrin lumineux de bois et d’aluminium signé Dominique Perrault et Gaëlle Lauriot-Prévost, les oeuvres se découvrent tranquillement sans s’imposer, avec cette impression d’être un peu “comme à la maison”.

40 galeries participantes, 18 nouvelles galeries et une grande première : Galeristes s’associe avec Bail Art pour proposer aux particuliers d’acquérir une œuvre en échelonnant le paiement sur 4 à 60 mensualités.

Quand on vous dit que l’art contemporain est accessible !

NOS COUPS DE COEUR

Galerie Pixi-Marie Victoire Poliakoff

Catherine Bernis Fibres de papier / Galerie Pixi : Marie-Victoire Poliakoff

Marie-Victoire Poliakoff, petite fille du peintre Serge Poliakoff,  reste fidèle à sa devise : refuser de suivre les tendances. “Je n’expose que lorsque j’apprécie sincèrement le travail et que je considère que l’artiste peut apporter un petit quelque chose à l’Histoire de l’art.”

En mettant en avant des artistes divers, comme la sculptrice Catherine Bernis, Marie-Victoire Poliakoff veut créer “la collection idéale”.

Du 15 octobre au 21 décembre 2019, elle exposera Michael Lindsay-Hogg, le fils caché d’Orson Welles et réalisateur de Let it be.

Galerie Cédric Bacqueville  (Lille)

Raphael Denis : Galerie Cédric Bacqueville

Incroyable travail que celui de Raphaël Denis : redonner vie aux livres détruits par la censure et aux tableaux spoliés par les Nazis. Poursuivant son exploration de l’entremêlement de l’Histoire de l’Art et de l’Histoire, il imagine une nouvelle série de panneaux noirs, dans d’anciens cadres chinés sur les marchés aux puces et portant un numéro d’index renvoyant au numéro d’inventaire d’oeuvres réelles et recensées, mais disparues dans le magot de guerre du IIIème Reich. Ainsi redevenu un “trésor” de guerre, cette accumulation dit à la fois la violence de l’Histoire mais aussi l’existence incontournable de l’oeuvre même disparue, l’artiste qui a créé avant d’être dépossédé, et la passion du galeriste qui retrouve, qui révèle.

Galerie Françoise Livinec

Pierre Célice (1932-2019) : Galerie Françoise Livinec

Cette année, avec Anthologie de l’art français, Galeristes a voulu réserver une section à des artistes qui ont marqué l’histoire de l’art contemporain des années 50 aux années 80, revisitant ainsi les grands courants de la scène française (abstraction géométrique, figuration narrative, support(s)/surfaces…).

Pierre CÉLICE « Sans titre » 1978 / Galerie Françoise Livinec

C’est l’occasion de (re)découvrir des artistes majeurs comme Pierre Célice et sa grammaire si particulière du motif répétitif.

Il s’inscrit dans le mouvement “pattern and decoration”, en ajoutant au langage des lignes celui de la couleur.

Un vocabulaire unique et énergique qui nous propose, comme le voulait le peintre, “une méditation joyeuse”.

Galerie La Forest Divonne

Installée à Paris et à Bruxelles, Marie-Hélène de La Forest Divonne soutient et expose depuis de nombreuses années des artistes extrêmement divers et ne cesse d’en intégrer de nouveaux comme Illés Sarkantyu ou encore Bruno Albizzati.

« Le rôle d’une galerie est pour moi de découvrir, d’accompagner et de suivre des artistes si possible tout au long de leur carrière », explique celle qui soutient les artistes émergents avec sa « Project Room » à Bruxelles.

Galerie ALB-Anouk Le Bourdiec

Jérome Romain Les cavaliers de l’Apocalypse 2019 :Galerie ALB Anoukle Bourdiec

Choc devant cette huile hyper-réaliste, presque photographique. Que s’est-il passé ? Le feu à l’arrière est-il éteint ? Pourquoi une ambulance arrive-t-elle ? Et pourquoi ces quatre chevaux, montés par des agents des forces de l’ordre, sont-il là ?

Tous les ingrédients anxiogènes sont là et pourtant, une force tranquille se dégage de cette grande toile.

Alors ?

Anouk Le Bourdiec, après nous avoir laissés perplexes un bon moment, nous explique que Jerôme Romain a travaillé à partir de nombreux clichés d’équidés, analysant les différentes postures de l’animal et ce qu’elles disent de son comportement. Ici, ce sont des chevaux très calmes. Déployés, pendant ou juste après des violences ou un drame dont nous ne savons rien, pour nous protéger. 

Galerie Ariane C-Y

Guillaume Castel : Galerie Ariane C-Y

Quelle joie de retrouver Guillaume CASTEL et son herbier imaginaire ! Le sculpteur Breton revient avec une nouvelle série, toujours inspirée des plantes, cette fois les Dulse, une algue marine rouge qui peut se déguster.

De la matière brute, le laiton, il fait une surface ondulante, polie jusqu’à la brillance extrême et martelée par endroits, pour faire naître un jeu de lumières pareil à celui de la mer.

Guillaume CASTEL ne veut pas reproduire, il fonctionne à l’instinct, répliquant dans toutes les tailles ces créatures devenues abstraites.

Et l’on reste longtemps séduits par la poésie de ce monde aquatique de métal.

Galerie Binome

Le combat de Lisa Sartorio, artiste sicilienne née en Tunisie, c’est de lutter contre la banalisation des images :  « Plus les images circulent et plus le sens de ces images disparaît ». 

Elle reprend donc des photos existantes et par un incroyable travail de déchirement ou pliage ou découpage des fines couches de papier, redonne à ces clichés une texture presque vivante, un relief et un mouvement.

« Nous avons ainsi la sensation d’assister en direct à l’événement, et nous voyons alors mieux sa violence », explique l’artiste. Le cliché devient lieu vivant de mémoire.

4 rue Eugène-Spuller
75003 Paris
contact@galeristes.fr
+33 6 23 82 57 29

2 réflexions sur “Galeristes / Collection

  1. Pingback: Histoire d’atelier / Pauline Bazignan | The Gaze of a Parisienne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s