Le machiavélisme des princes avec « Les Borgia et leur temps » au Musée Maillol

Les Borgia - Musée Maillol

Dans le contexte d’un retour en scène des Borgia favorisé par une floraison d’ouvrages, numéros spéciaux de revues, bandes dessinées, séries télévisées, c’est le mérite de la très suggestive exposition actuellement présentée au musée Maillol sur « Les Borgia et leur temps, de Léonard de Vinci à Michel Ange » d’inviter à revisiter le mythe.

Les Borgia - Musée Maillol

Francucci Innocenzo dit Innocenzo da Imola PORTRAIT PRÉSUMÉ DE VANNOZZA CATTANEI Première moitié du XVI e siècle Huile sur toile H.83 ; L.62 cm Rome, Galleria Borghese © SSPSAE e per il Polo Museale della Città di Roma

Elle fait ainsi défiler sans a priori négatif les grandes figures qui ont marqué la fin du XVème siècle, période charnière où l’Italie, bien que traversée par ses combats fratricides entre grandes familles princières, enfante la Renaissance.

Au travers de la centaine de portraits, sculptures, objets et documents réunis ici, l’exposition apporte un témoignage intéressant sur l’extraordinaire élan artitistique de ce temps, inspiré par l’humanisme, le renouveau de la philosophie et des belles lettres, les grandes avancées scientifiques et l’ouverture sur le monde. Elle nous épargne, en revanche, les clichés de la « légende noire », forgée dès cette époque par les détracteurs d’Alexandre VI et de ses enfants, complaisamment accusés de simonie, de viols, de meurtres, d’empoisonnement et d’inceste.

Les Borgia - Musée Maillol

Juan de Juanes PORTRAIT DU PAPE ALEXANDRE VI 1586 Huile sur cuir (guadamacile) H.83 ; L.56 cm V alence, Cabildo Metropolitano de Valencia © Francisco Alcántara

Au premier plan de la visite bien sûr, les membres de la famille Borgia. Commençons par le premier d’entre eux à être pape, Calixte III, et son neveu Rodrigo ( le futur Alexandre VI) qu’il promut cardinal dès 1458. On relève dans leur portrait respectif, en tenue d’évêque, réalisé par l’espagnol Juan de Juanes pour la cathédrale de Valence (leur région d’origine), un indéniable air de famille.

IMG_2403

Les Borgia - Musée Maillol

Altobello Melone PORTRAIT DE GENTILHOMME (CÉSAR BORGIA?) 1513 Huile sur bois H.58,1 ; L.48,2 cm Bergame, Accademia Carrara di Bergamo © Archivio fotografi co Accademia Carrara

Ayant accédé au trône de Pierre en 1492, Alexandre VI va choisir Pinturrichio, pour illustrer son règne, dans ses appartements du Vatican qu’il ornera de scènes historiques et d’allégories, marquant une parfaite symbiose entre la vision artistique et religieuse du pape et l’inventivité créatrice du peintre.  Ces belles fresques sont partiellement reproduites sur les murs du musée Maillol. L’intérêt en est d’autant plus grand qu’Alexandre VI avait veillé à y faire figurer les visages de certains membres de sa famille.
Dans la scène de « La Résurrection du Christ », on voit le pape lui-même en prière au pied du tombeau vide du Christ, dans un environnement de vestiges antiques.
A titre de comparaison, on pourra voir un peu plus loin, sous le pinceau du Titien, un portrait d’Alexandre VI plus âgé, qui vient présenter à Saint Pierre l’évêque de Pesaro.
On pourra admirer aussi la fresque figurant « la Dispute de Sainte Catherine devant Saint Maximin ». Les traits de la Sainte seraient ceux de la jeune Lucrèce, fille chérie du Pape. Notons également un peu partout l’emblème du Taureau, le blason des Borgia.

IMG_2414

Les Borgia - Musée Maillol

D’après Bartolomeo Veneto PORTRAIT PRÉSUMÉ DE LUCRÈCE BORGIA 1510 Huile sur bois H.58 ; L.42 cm Nîmes, Musée des Beaux Arts © Florent Gardin/MBA-Nîmes

Bien qu’on ne l’aperçoive pas sur les fresques de Pinturrichio, c’est bien sur la figure énigmatique et fascinante de César, que le projecteur longtemps fixé sur sa sœur Lucrèce s’est déplacé. Si la belle dame de Ferrare qui inspira les poètes de son temps comme les romantiques de Hugo à Donizetti continue à faire rêver, celui dont Machiavel fit le modèle du Prince, est un sujet de réflexion pour la pensée politique.
On aime à imaginer César sous les traits de ce superbe et indéchiffrable gentilhomme peint par Altobello da Melone, (huile sur bois, musée de Bergame, peint à Crémone) vers 1510, qui sert de tête d’affiche à l’exposition.
Est également présenté un autre portrait de « Caesar Borgia, Valentinus », de profil, avec en regard celui de Nicolas Machiavel, réalisés par Cristofano dell’Altissimo (Galerie des Offices, après 1550).

Trois études de tête masculine, sanguine réalisée par Léonard de Vinci vers 1502, pourraient avoir été inspirées par César ( mais représentent-elles bien un jeune homme de 27 ans ?). Le peintre apportait effectivement son concours au duc à cette époque, mais surtout pour ses talents d’ingénieur capable d’imaginer des machines de guerre et des ouvrages militaires.IMG_2408

Les Borgia - Musée Maillol

Fra’Bartolomeo PORTRAIT DE JÉRÔME SAVONAROLE 1499-1500 Huile sur bois – H.72 ; L.56 cm Florence, Museo di San Marco © Su concessione della SSPSAE e per il Polo Museale della città di Firenze

Suivent de beaux portraits de dames qui pourraient être de Vanossa Cattanei, la mère de César et de Lucrèce, par Innocenzo da Imola, de Giulia Farnèse, la très jeune maîtresse du pape en Dame à la Licorne, attribué à Luca Longhi et de Lucrèce, d’après Bartolomeo Veneto. On pourra rêver à sa blonde chevelure grâce à la mèche de cheveux (provenant d’un reliquaire de la pinacothèque Ambrosiana de Milan), dont lord Byron se vantait d’avoir tiré un cheveu.

Côté masculin, l’exposition restitue de grandes figures de l’époque des Borgia dont certains dûs à des peintres majeurs. Ainsi d’Alessandro Farnèse, le futur pape Paul III par Raphaël vers 1509-1511, de Martin Luther par Lucas Cranach l’ancien et d’Erasme par Quentin Metsys.

Apparaît aussi le terrible Savonarole qui a droit à deux portraits dont l’un de profil est bien fait pour comprendre la crainte que le dominicain pouvait inspirer aux Florentins et qu’Alexandre VI dut se résigner à excommunier, ce qui nous vaut ici une jolie toile anonyme représentant l’évènement. Suivent une réplique moderne du masque mortuaire de Laurent le Magnifique (mort l’année de l’avènement du Pape Borgia), une terre cuite polychrome représentant Charles VIII, premier roi de France à être descendu en Italie pour récupérer le royaume de Naples.

Au titre de l’environnement artistique à Rome sous les Borgia, l’exposition réunit un ensemble de sujets religieux dus à de grands maîtres. Parmi les plus anciens, on retiendra un Saint Jérôme attribué à Andrea del Verrocchio (huile sur papier, vers 1465, galerie Palatine), un très beau Saint-Georges dû à Mantegna (vers 1470-1475 – Venise) et uneTransfiguration du Christ par Giovanni Bellini (Venise vers 1460).
Mérite attention une touchante Vierge à l’enfant et Saint Jean, œuvre de Paolo de San Leocadio qui suivit le cardinal Rodrigo Borgia à Valence en 1472 et sensibilisa cette région à l’art italien.
Figure en bonne place Antoniazzo Romano, peintre très actif à Rome au temps d’Alexandre VI avec trois belles toiles : Sainte Anne, la vierge et l’enfant Jésus, 1467, une Nativité ,1489, et l’Annonciation avec le cardinal Torquemada, très belle œuvre de la maturité, 1500.
Quant à Michel-Ange dont l’étoile commençait à briller à Rome au temps d’Alexandre VI, on peut admirer de lui deux dessins (dont une étude de bras pour une figure de la chapelle Sixtine) (vers 1508-1509) et deux sculptures très probablement de lui (un Christ en croix et une Pieta).
A côté d’armes de l’époque, on pourra enfin se pencher sur d’intéressants manuscrits émanant du Pape et de César Borgia.

IMG_2423

L’exposition, enfin, donne sa place au septième art, en projetant des extraits de films sur les Borgia, en particulier de la série culte dirigée par Tom Fontana. On appréciera, pour finir, le clin d’œil gastronomique, puisque le restaurant du musée propose à ceux qui souhaiteront rester dans l’ambiance, de déguster un menu Borgia…

Marie-José Tulard

Musée Maillol

Du 17 septembre 2014 au 15 février 2015.

 

The Borgias, saison 3 bande annonce : http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19464965&cserie=8046.html

Musée Maillol info : http://www.museemaillol.com/expositions/les-borgia/presentation/

 

3 réflexions sur “Le machiavélisme des princes avec « Les Borgia et leur temps » au Musée Maillol

  1. Les Borgia sont souvent occultés par leur légende noire et l’exposition a le mérite de les replacer dans leur qualité de princes et de mécènes de la Renaissance. Un film permet de comprendre cette alliance exquise entre l’esthétisme le plus raffiné, l’exaltation religieuse des mystiques de la Renaissance italienne et la débauche des corps : il s’agit des Contes immoraux de Walerian Boroczwyck dont l’un des contes s’intitule Lucrezia Borgia.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s