« LA DOUBLE INCONSTANCE » DE MARIVAUX

La Double Inconstance © Brigitte Enguérand

La Double Inconstance © Brigitte Enguérand

LA TROUPE DE LA COMÉDIE-FRANÇAISE PRÉSENTE
SALLE RICHELIEU DU 16 octobre 2015 AU 14 février 2016

La Double Inconstance

 Marivaux

mise en scène Anne Kessler

Comédie française - La Double Inconstance

Comédie française – La Double Inconstance

Lever de rideau : le Prince, Loïc Corbery fait son entrée dans un décor intemporel. Les comédiens séduisent, dansent, jouent à la « Double inconstance » de Marivaux. Nous passons deux heures enchantées à découvrir ou redécouvrir ce très beau texte.

Avant d’être metteur en scène, Anne Kessler est d’abord une actrice : sa volonté de restitution par le jeu est prioritaire. Puis vient la volonté de restituer par le beau car elle est également peintre : l’esthétique de la représentation par la peinture et le dessin ne se dissocie pas du jeu et de la mise en scène des personnages. Ne parle-t-on pas de « tableau vivant » lorsque le théâtre est évoqué ? Anne Kessler impose ainsi sa volonté et son désir de représenter une image en mouvement, une mise en scène optique et cinétique.

La force de cette mise en scène est de porter un regard nouveau sur Marivaux. La convention de cette pièce est souvent la noirceur en raison de l’inégalité des situations sociales (le Prince et le paysan) et de la fragilité des sentiments qui cèdent face à l’intelligence du libertinage (« l’amour véritable est-il réellement celui qui naît dans la spontanéité ? »). Or rien de tel ici : Anne Kessler nous plonge au plus profond de la psychologie des rapports amoureux. Le rôle de Flaminia est joué par l’élégante et très séduisante, Florence Viala qui déploie toute son intelligence au service de son prince amoureux. Trivelin est en général vieux : ici, il est interprété par le vivace et pétillant Eric Génovèse, digne survivant de Sganarelle et de Scapin. Les sentiments des personnages sont poussés à l’extrême.

Marivaux, comme Beaumarchais, sont des auteurs du lumineux XVIIIe siècle, siècle de la raison éclairée, de l’optimisme, des découvertes scientifiques et des « progrès de l’entendement humain ». Dans ce siècle de l’expérience, la pièce en devient une : celle de la résistance et de la mise à l’épreuve des sentiments amoureux du couple le plus harmonieux, Silvia et Arlequin, joués respectivement par Adeline d’Hermy et Stéphane Varupenne. Les sentiments ne résistent pas à l’expérience et se brisent : la « Double Inconstance ».

L’expérience se prolonge dans le décor de la mise en scène : le décor, conçu par Jacques Gabel, reconstitue le foyer des Comédiens français et fait partager aux spectateurs la participation directe à la pièce elle-même et au jeu des acteurs, donc à l’expérience théâtrale dans le jeu des sentiments. La glace, installée au milieu du foyer, ouvre sur les coulisses de la Comédie française et introduit ainsi le spectateur dans une ambiguïté entre la représentation et la réalité : le théâtre n’est-il pas une illusion ? Cette habile et élégante construction dépoussière et rajeunit la pièce de Marivaux.

Le talentueux Renato Bianchi a imaginé des costumes qui dévoilent la sensualité des acteurs. Il mélange tous les styles : un tee-shirt blanc moulant, une veste brodée négligemment ouverte et un corset XVIIIe se côtoient dans une harmonie délicieuse.

Selon Guy Zilberstein, qui a conçu et organisé la dramaturgie de la pièce, « le texte est emblématique de ce qu’est le théâtre du XVIIIe siècle : le XVIIe siècle est le siècle de la tragédie et du destin ; le XVIIIe siècle est dominé par ses sentiments … »

Profitons de cette liberté de sentiments du XVIIIe siècle, siècle des lumières, de la raison, de l’examen critique et de la découverte scientifique – sans oublier l’optimisme. Précipitons-nous pour entendre et voir La Double Inconstance.

Florence Briat-Soulié

 

La Double Inconstance à la Comédie Française, salle Richelieu.

http://www.comedie-francaise.fr/spectacle-comedie-francaise.php?spid=1468&id=209

avec

Catherine SALVIAT un seigneur I Éric GÉNOVÈSE Trivelin I Florence VIALA Flaminia I Loïc CORBERY le Prince I
Stéphane VARUPENNE Arlequin I Georgia SCALLIET Lisette I Adeline D’HERMY Silvia
et les élèves-comédiens de la Comédie-Française Claire Boust, Ewen Crovella, Charlotte Fermand, Thomas Guené,
Solenn Louër, Valentin Rolland

Scénographie Jacques GABEL I Dramaturgie Guy ZILBERSTEIN I Costumes Renato BIANCHI I Lumières Arnaud JUNG I
Travail chorégraphique Glysleïn LEFEVER I Réalisation sonore et vidéo Nicolas FAGUET I Maquillages Véronique NGUYEN I
Coiffures Cécile GENTILIN I Assistant mise en scène Gabriel TUR

Challenge théâtre  2015 chez  Eimelle https://thegazeofaparisienne.files.wordpress.com/2015/01/e58a5-theatrelogo.jpg?w=108&h=88

 

2 réflexions sur “« LA DOUBLE INCONSTANCE » DE MARIVAUX

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s