Libres comme les impressionnistes de Paul Durand Ruel

Paul Durand-Ruel.

Le pari de l’impressionnisme

Paul Durand Ruel - Musée du Luxembourg

Pierre-Auguste Renoir Marie-Thérèse et Jeanne Durand-Ruel 1882 –  Huile sur toile, 81,3 x 65,4 cm Norfolk, The Chrysler Museum of Art

09 Octobre 201408 Février 2015

Musée du Luxembourg

19 rue de Vaugirard, 75006 Paris

« Il ne suffit pas de faire [des chefs-d’œuvre]. Il faut les montrer. »
Paul Durand-Ruel, lettre à Claude Monet, 22 février 1882
Pierre-Auguste Renoir Mademoiselle Legrand 1875 Huile sur toile, 81,3 x 59,7 cm Philadelphie, Philadelphia Museum of Art

Pierre-Auguste Renoir Mademoiselle Legrand 1875
Huile sur toile, 81,3 x 59,7 cm
Philadelphie, Philadelphia Museum of Art

Scénographie par l’agence bGc studio.

Scénographie par l’agence bGc studio.

Paul Durand Ruel (1831-1922)

Je pense aux impressionnistes de Paul Durand-Ruel et je me dis que grâce à cette liberté d’expression, nous pouvons aujourd’hui les admirer au musée du Luxembourg.

Edgar Degas, Auguste Renoir, Claude Monet, Edouard Manet, Camille Pissaro, Berthe Morisot, Marie Cassatt, Alfred Sisley  sont mis à l’honneur dans ce musée du Luxembourg qui autrefois les refusaient.  Nous sommes accueillis par les portraits de Paul Durand Ruel, ses trois fils  et  ses deux filles par Renoir.

 

Claude Monet "Le jardin de l'artiste" 1873 Washington, National Gallery of Art et "Le Pont de chemin de fer à Argenteuil", 1874 Philadelphia Museum of Art

Claude Monet « Le jardin de l’artiste » 1873 Washington, National Gallery of Art et
« Le Pont de chemin de fer à Argenteuil », 1874 Philadelphia Museum of Art

Paul Durand Ruel - Musée du Luxembourg

Paul Durand-Ruel, bon père de famille, était un précurseur, il a su repérer ces peintres, les aimer et les faire connaître dans sa galerie musée, dont l’entrée était ouverte à tous et inventer une nouvelle forme de marché de l’art.

Paul Durand Ruel - Musée du Luxembourg

Auguste Rodin. Jeune mère à la grotte 1893 Marbre, 70,8 x 65,1 x 37 cm Philadelphie, Philadelphia Museum of Art

Dans un décor suggérant la galerie-appartement de la rue de Rome, nous sommes touchés par la force de cette peinture, encore aujourd’hui, l’avant-gardisme d’une toile de Monet nous éclate aux yeux. Nous rentrons dans l’intimité de « la femme à sa toilette » de Berthe Morisot, tableau que Durand-Ruel acheta 600$ en 1896 (vente de la collection Meritt Chase) et qu’il présenta à la rétrospective organisée un an après la mort de l’artiste, Julie Manet, sa fille, participa à l’accrochage.

Berthe Morisot Femme à sa toilette 1875-80 Huile sur toile, 60,3 x 80,4 cm Chicago, The Art Institute of Chicago © Chicago, The Art Institute of Chicago

Berthe Morisot Femme à sa toilette 1875-80 – Huile sur toile, 60,3 x 80,4 cm Chicago, The Art Institute of Chicago
© Chicago, The Art Institute of Chicago

 

un très beau tableau de Delacroix « L’amende honorable » du musée d’art de Philadelphie, père de l’impressionnisme un peu plus loin, ou également « L’enfant à l’épée » de Manet conservé à New York au Metropolitan Museum of art.

Paul Durand Ruel - Musée du LuxembourgL’émotion nous gagne devant les portraits de Renoir : la timidité d’une petite fille sage, un rare portrait de  danseuse ou encore l’imposant portrait de Paul Durand-Ruel de 1910,  les liens d’amitié qui unissent le marchand à l’artiste sont très solides et Renoir a su retranscrire sa véritable personnalité, il suffit juste de le regarder, il vous donne les clés de l’exposition..

Paul Durand-Ruel est partout, Boston, Londres, Berlin, New-York, il est à l’origine de grandes collections impressionnistes américaines  : les Havemeyer à New York,  les Palmer à Chicago,  mais aussi Alexander, le frère de Mary Cassatt à Philadelphie.

Extrait de lettre de Paul Durand Ruel à Claude Monet, Paris, 1882.15 pages.  (vente Artcurial des archives de Claude Monet du 13/12/2006 n°59 adjugé : 8016€) : « …La vente ne marche pas mais je m’y attendais. Vous savez que j’ai demandé des prix élevés. J’aurais demandé moitié moins que je n’aurais vendu davantage et je n’aurais pas posé les tableaux dans l’esprit des amateurs de la même façon. On trouve que je suis exagéré, mais je suis enchanté que l’on en soit arrivé à faire ce progrès de ne plus rire de mes goûts et déclarer que j’étais fou… « 

Edgar Degas "Le Foyer de la danse de l’Opéra de la rue Peletier", 1872 Paris, Musée d’Orsay et "Le Défilé", entre 1866 et 1868 Paris, Musée d’Orsay

Edgar Degas Le Foyer de la danse de l’Opéra de la rue Peletier, 1872 Paris, Musée d’Orsay
et  Le Défilé, entre 1866 et 1868 Paris, Musée d’Orsay

Cette extrait nous démontre que  Paul Durand Ruel a su non seulement imposer l’Impressionnisme, mais aussi agir en marchand avisé.  Il utilisait tous les moyens à sa disposition : comme mettre des prix élevés, se servir des ventes aux enchères pour faire grimper les côtes de ses artistes en rachetant parfois ses propres tableaux, investir jusqu’à la faillite, obtenir l’exclusivité des artistes, organiser de grandes expositions comme celle des Grafton Galleries à Londres, en 1905, ou encore se servir des écrivains qu’il contactait directement comme Octave Mirbeau qui parlait de lui en ces termes : .. »en avance de plusieurs années sur le goût du public .. ».

Edouard Manet "Le Liseur" 1861 Saint Louis, Saint Louis Art Museum "Clair de Lune" 1869. Musée d'Orsay

Edouard Manet Le Liseur 1861 Saint Louis, Saint Louis Art Museum et Clair de Lune 1869. Musée d’Orsay

A sa mort, en 1922, Paul Durand Ruel possédait des milliers de tableaux, une majorité de  Renoir et Monet, mais aussi Degas, Cassatt, Pissarro, Manet, Sisley… Sa galerie new-yorkaise fermera en 1950 et celle de Paris en 1974.

De nombreux tableaux exposés viennent des Etats-Unis, ou de Londres et nous avons la chance de pouvoir les voir réunis.

C’est le critique d’art du Charivari Louis Leroy qui donnera son nom aux impressionnistes en découvrant le tableau de Monet « Impression, soleil levant » en 1872. Il titrera son article « L’exposition des impressionnistes » ironiquement.

Louis Leroy « Que représente cette toile ? Impression ! Impression, j’en étais sûr. Je me disais aussi puisque je suis impressionné, il doit y avoir de l’impression là-dedans »

Vite, vite, vite, ne ratez pas cette exposition de chefs-d’oeuvre  et faites moi part de vos impressions!!!

Florence Briat-Soulié

http://www.artcurial.com/pdf/2006/1207.pdf

https://thegazeofaparisienne.com/2014/10/29/la-colere-du-tigre

http://www.grandpalais.fr/fr/evenement/paul-durand-ruel-le-pari-de-limpressionnisme

http://www.dailymotion.com/video/x2drr4p_le-stock-extrait-du-film-paul-durand-ruel-le-marchand-des-impressionnistes-realise-par-sandra-paugam_creation

Commissaires : Sylvie Patry, conservateur en chef au musée d’Orsay, Anne Robbins, Christopher Riopelle,
conservateurs à la National Gallery de Londres, Jennifer A. Thompson, Joseph J. Rishel, conservateurs au
Philadelphia Museum of Art.Musée du Luxembourg - Paul Durand Ruel

5 réflexions sur “Libres comme les impressionnistes de Paul Durand Ruel

  1. Paul Durand Ruel, l’ aventurier de l’Art…cette expo à l’air superbe!
    Pour ceux qui sont intéressés par la vie des grands marchands d’art du 19 ème siècle jusqu’à aujourd’hui, il y a un très bon livre: « Chercheurs d’ART » de Yann Kerlau – le portrait de 7 hommes, dont bien sur Durand-Ruel, qui ont inventé ce métier et l’ont transformé au fil du temps.

    Aimé par 1 personne

  2. Bravo pour cet article enthousiaste sur une exposition que j’ai aussi beaucoup aimée. J’ai trouvé très intéressante votre citation de la lettre de Durand-Ruel révélatrice de la façon dont il concourait à la valorisation des premières oeuvres impressionnistes en les proposant à un prix élevé sur un marché qui ne « mordait  » pas encore. « C’est la nuit qu’il est beau de croire à la Lumière » comme disait Edmond Rostand.

    J'aime

  3. En effet beaucoup de tableaux méconnus comme les galettes de claude Monet. Durand Ruel Marchand qui a acheté ce qui ne se vendait pas quand d’autres n’achetaient que ce qui se vendait… On voit le résultat : sublime.

    J'aime

  4. Vous étiez lassés des longues files d’attente devant le portail de la cathédrale de Rouen (les variations de Monet) au Musée d’Orsay ? Vous êtes saturés par l’impressionnisme. Et bien courez au Musée du Luxembourg dans le lieu même où a été déposé le legs Caillebotte en 1897. Ce musée est devenu son lieu de rédemption : vous y découvrirez avec un regard neuf et émerveillé des tableaux qui sortent rarement des collections américaines. Ce bijou rare doit se savourer lentement comme une longue dragée de communn.

    J'aime

  5. Pingback: Un soir à l’Orangerie…avec Monet | The Gaze of a Parisienne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s