Prix Sciences Po pour l’art contemporain

 

Le prix Sciences Po pour l’art contemporain 2016

Prix du jury : Clément Cogitore

Prix du public : Bady Dalloul

Une fois de plus nous sommes éblouis par les oeuvres originales de ces quelques jeunes artistes (tous âgés de moins de 35 ans et résidant en France).

Six années après sa création, le prix Sciences Po ne cesse de nous charmer. Suite à un appel de candidature (302 artistes y ont répondu) sept ont été retenus.

De nombreuses formes artistiques y sont présentes. On aime la forêt animée, la forêt en captivité de Marielle Chabal, une oeuvre intitulée SPECULIM, 2015, verre, miroir, métal, matériaux divers. Quelle fraicheur !

Plus sombre, assez  énigmatique on admire le diptyque de Clément Cogitore, qui d’ailleurs a remporté le prix du jury.

Bady Dalloul avec son oeuvre Scrapbook, explore l’histoire de son pays. Il aborde un sujet grave sous une forme très colorée. Une oeuvre originale, composée d’ une sorte d’installation et d’une vidéo, qui a séduit le public. En effet, Bady Dalloul a remporté le prix du public.

Le Prix Sciences Po pour l’art contemporain ne cessera de nous questionner. On aime ce prix qui est l’illustration d’une jeunesse vivante et dynamique. Nous sommes tous liées par une passion commune : la création et l’amour pour l’art contemporain !

Emilie Renault

http://sciencespo-artcontemporain.com/

Le prix Sciences Po pour l’art contemporain 2015

Amélie Bertrand devant sa toile Prix du jury 2015 Prix Sciences Po pour l'art contemporain - 6e édition

Amélie Bertrand devant sa toile
Prix du jury 2015
Prix Sciences Po pour l’art contemporain – 6e édition

Mathieu Roquigny "Think about party" 2014 Prix du public 2015 Prix Sciences Po pour l'art contemporain - 6e édition

Mathieu Roquigny « Think about party » 2014
Prix du public 2015
Prix Sciences Po pour l’art contemporain – 6e édition

Tous les ans, quatre étudiants de Sciences Po sollicitent un jury de sept spécialistes du monde de l’art , comme cette année Fabrice Hergott directeur du Musée d’art moderne de la ville de Paris, ou encore Eric de Chassey, directeur de la Villa Médicis, pour ne citer qu’eux. Ce jury est co-présidé par Frédéric Mion directeur de Sciences Po et Philippe Durey directeur de l’Ecole du Louvre.

Frédéric Mion directeur de Sciences Po Prix Sciences Po pour l'art contemporain - 6e édition

Frédéric Mion directeur de Sciences Po
Prix Sciences Po pour l’art contemporain – 6e édition

Une thématique choisie « Echosystèmes »  donne son nom à l’exposition des lauréats tous français. Un prix doté d’une bourse de 5000 euros et d’une exposition qui aura lieu cette année dans l’espace Tajan Art Studio.

Prix Sciences Po pour l'art contemporain - 6e édition

Prix Sciences Po pour l’art contemporain – 6e édition

Le prix cette année a été décerné à Amélie Bertrand, présentée par Ingrid Jurzak (attachée de conservation du patrimoine au Mac/Val), qui peint de grandes toiles où les lignes se croisent ou pas, le dessin préparatoire est numérique et le résultat à la peinture nécessite un gros travail sur photoshop. Aucune intervention extérieure ne doit entraver l’oeuvre, ni l’oeil, ni la peinture.

La lauréate Amélie Bertrand Prix Sciences Po pour l'art contemporain - 6e édition

La lauréate Amélie Bertrand
Prix Sciences Po pour l’art contemporain – 6e édition

Radieuse elle m’explique son travail minutieux, je lui trouve quelques similitudes avec une autre artiste rencontrée précédemment : Henni Alftan, qui comme elle a fait le salon de Montrouge, où se retrouvent beaucoup de jeunes artistes.

Mathieu Dufois devant son écran

Mathieu Dufois devant son écran

Mathieu Dufois et Philippe Piguet

Mathieu Dufois et Philippe Piguet

Plus loin, Mathieu Dufois, me raconte un travail sur la mémoire d’une ville, ses ondes  étonnantes où des silhouettes fantômes se déplacent dans une ville abandonnée qui me fait penser au film  de R. Mac Dougall « The world, the Flesh and the devil », le héros errant dans les rues de New-York . Il met en scène ses multiples dessins qu’il filme ensuite. Il nous propose même d’assouvir notre curiosité et de regarder par la fente d’une boîte noire, comme par le trou de la serrure, sans se faire prendre, le désastre de la cité.

Mathieu Dufois "Maquette : dessin à la mine de plomb et pierre noire sur papier" dans une boîte noire

Mathieu Dufois « Maquette : dessin à la mine de plomb et pierre noire sur papier » dans une boîte noire

Et ainsi se suivent les oeuvres « Les Horizons » de Chloé Quenum, je suis ses traces de pas qui deviennent des caractères de la  calligraphie chinoise, sur les différents éléments reliés formant un paravent.

Chloé Quenum "Les horizons"

Chloé Quenum « Les horizons »

Chloé Quenum détail de trace de pas "Les horizons"

Chloé Quenum
détail de trace de pas « Les horizons »

Mathieu Roquigny, lui, a décidé de s’amuser et transforme le « Penseur » de Rodin en fêtard recouvert de confettis

Simon Boudvin "Concaves"

Simon Boudvin « Concaves »

L’installation de Marion Orfila,, choisie par François Michaud, (conservateur en chef au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris),  évoque une forêt inaccessible. Ensuite je deviens exploratrice et me retrouve sous le cuivre « Shimmer » de Caroline Corbasson présentée parPascaline Vallée, co-fondatrice du magazine Extra.

Caroline Corbasson "Shimmer" Prix Sciences Po pour l'art contemporain - 6e édition

Caroline Corbasson « Shimmer »
Prix Sciences Po pour l’art contemporain – 6e édition

Je termine par les photographies de Simon Boudvin des carrières souterraines « Concaves », qui seraient exposées à la lumière de cinq néons répétés à l’infini, les repères inversés, le sol est le plafond, et deviendraient une ville imaginaire.

Marion Orfila "Orée délocalisée" installation vidéo

Marion Orfila
« Orée délocalisée » installation vidéo

Bravo à cette belle initiative qui permet de rencontrer de jeunes artistes de la scène contemporaine. Et un conseil allez visiter le salon de Montrouge qui ouvrira bientôt ses portes et vous permettra peut-être de faire vos propres découvertes !!

Florence Briat-Soulié

Jury

Laurence Bertrand Dorléac Professeur, Historienne de l’Art Sciences Po

Eric de Chassey Directeur Villa Medicis

Odile Decq Architecte, urbaniste

Sophie Durrleman Directrice Déléguée Fondation LV

José-Manuel Gonçalvès Directeur Le 104

Fabrice Hergott Directeur MaM Paris

 

Amélie Bertrand "Sas titre" 2012 Huile sur toile 170 x 140 cm

Amélie Bertrand
« Sas titre » 2012
Huile sur toile
170 x 140 cm

http://sciencespo-artcontemporain.com/ 

http://www.salondemontrouge.fr/

Bibliographie : http://crac.languedocroussillon.fr/edition_fiche/9/3178-editions-art-contemporain-montpellier.htm

 

 

 

Une réflexion sur “Prix Sciences Po pour l’art contemporain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s