Hans Hartung (1904-1989) et les peintres lyriques

🇬🇧ENGLISH VERSION (Click here)

Ce que je perçois trĂšs vite dans la peinture de Hans Hartung, c’est sa force et sa volontĂ© qui apparaissent tout au long de son travail. Un homme qui aimait la vie, les tableaux s’animent sous notre regard, je reçois les gestes de l’artiste comme un dialogue entre le spectateur et lui.

 

Hans Hartung Fonds Helene et Edouard Leclerc - Landerneau ©ThegazeofaParisiene

Hans Hartung
Fonds Helene et Edouard Leclerc – Landerneau
©ThegazeofaParisiene

Lorsqu’il est tout petit,une ambiance artistique rĂšgne dans sa famille, une vie Ă  Leipzig rythmĂ©e par la peinture et la musique, l’enfant est fascinĂ© par les Ă©clairs qu’il essaie de saisir Ă  coup de crayon.

 

Hans Hartung Sans titre, 1935 - Crayon sur papier "T1937-14", 1937 Huile sur toile

Hans Hartung Sans titre, 1935 – Crayon sur papier  et « T1937-14 », 1937 Huile sur toile

Une forme d’abstraction qui l’intĂ©resse trĂšs tĂŽt, donnant cette impression de savoir oĂč il va , sĂ»r de lui, il n’hĂ©site pas Ă  rĂ©cuser la conception de Kandinsky sur l’abstraction, rejetant les formes gĂ©omĂ©triques pour un geste libre.

Une sensation de dynamisme qui reste prĂ©sente dans sa peinture, cette façon de saisir le mouvement, la vitesse, la cadence d’un geste libre, l’Ă©motion, la vivacitĂ© qu’il ne cesse de vouloir atteindre.

J’ai le sentiment qu’il y parvient en regardant cette immense toile de 3m par 5, peinte sept mois avant sa mort; je suis subjuguĂ©e par la mĂ©lodie que dĂ©gage cette oeuvre, cette explosion vitale, un geyser de peinture. Je suis happĂ©e par la toile qui est une rĂ©vĂ©lation splendide de sa crĂ©ativitĂ©, de sa vision de la vie qui nous Ă©clate en pleine figure. Les Ă©clairs de son enfance rĂ©apparaissent, cette peinture est pour moi la rĂ©vĂ©lation de son « Ă©ternitĂ© ».

 

Hans Hartung 1989

Hans Hartung, 1989

Hans Hartung, de nationalitĂ© allemande avait fait le choix de vivre en France, il a vĂ©cu deux guerres et sera amputĂ© d’une jambe suite au siĂšge de Belfort en 1944. Il s’Ă©tait engagĂ© dans la LĂ©gion Ă©trangĂšre pour combattre du cĂŽtĂ© français, contre son pays d’origine.

1926, Ă  Dresde, il est confrontĂ© Ă  la peinture moderne de Braque, Picasso, Matisse et Rouault, qui lui donne envie de voyages Ă  travers l’Italie, la France, c’est la dĂ©couverte des musĂ©es, des expositions..

« Cette recherche de la plasticitĂ©, de l’ordre, de la rigueur, cette simplification des couleurs me donnaient l’impression d’une volontĂ© inouĂŻe de crĂ©er pour l’éternitĂ©. » Hans Hartung

 

Georges Mathieu Sans titre, 1951 Obscuration, 1952 GĂ©rard Schneider "RĂ©volutions" 1958

Georges Mathieu : Sans titre, 1951 et Obscuration, 1952  –  GĂ©rard Schneider « RĂ©volutions » 1958

C’est en France qu’il rencontre sa femme Anna Eva Bergman, peintre, elle aussi, qu’il Ă©pouse en 1929. Ils se marieront deux fois et crĂ©eront une maison atelier Ă  Antibes —aujourd’hui la Fondation Hartung Bergman qu’il est possible de visiter sur rendez-vous. Cette vie insouciante des jeunes annĂ©es prend fin Ă  la mort de son pĂšre en 1932.

 

Hans Hartung Fonds Helene et Edouard Leclerc - Landerneau ©ThegazeofaParisiene

Hans Hartung
Fonds Helene et Edouard Leclerc – Landerneau
©ThegazeofaParisiene

Sur une bande son de musique classique, son inspiratrice, que le peintre aimait Ă©couter en travaillant, je dĂ©couvre les oeuvres du peintre. Les dessins prĂ©paratoires placĂ©s Ă  cĂŽtĂ© des toiles finales, montrent comment il procĂ©dait : le report du dessin agrandi sur la toile, parfois des annĂ©es plus tard et avec quelques ajouts. Il continuera ainsi jusqu’Ă  la fin des annĂ©es 50. A partir de cette date, il ne s’agira plus que de productions immĂ©diates, et ce sera ainsi jusqu’Ă  sa mort.

1960 , il obtient le prix de la Biennale de Venise.

Dans son atelier, il n’y a pas que des pinceaux mais des outils de jardinage, brosses en tout genre, branchages…

 

Hans Hartung Fonds Helene et Edouard Leclerc - Landerneau ©ThegazeofaParisiene

Hans Hartung
Fonds Helene et Edouard Leclerc – Landerneau
©ThegazeofaParisiene

ParallĂšlement aux oeuvres du peintre, le commissaire de l’exposition, Xavier Douroux, a fait le choix de prĂ©senter au dĂ©but les artistes de l’abstraction lyrique avec Georges Mathieu, son chef de file, Schneider, HantaĂŻ… Plus loin une autre piĂšce, je dĂ©couvre Cy Twombly, Christopher Wool, ce dernier se passionne pour Hartung.

Hartung 10 perspectives Christopher Wool – Choix d’Ɠuvres , Ed Les presses du rĂ©el.

(Le Metropolitan Museum de New York, en 1975,  expose dans trois salles 27 Ɠuvres monumentales de Hans Hartung.)

 

Christopher Wool SĂ©rigraphie sur toile de lin , 2015

Christopher Wool SĂ©rigraphie sur toile de lin , 2015

La derniĂšre salle prĂ©sente une toile de GĂ©rard Traquandi, je garde un trĂšs beau souvenir de sa carte blanche Ă  l’Abbaye de Montmajour.

 

Sigmar Polke Sans titre, 2007 Yves Zurstrassen "Opening" 2015 Charline von Heyl "Rize" 2007

(1) Sigmar Polke Sans titre, 2007    (2) Yves Zurstrassen « Opening » 2015  (3) Charline von Heyl « Rize » 2007

Une exposition qui vaut le détour à Landerneau !

Florence Briat Soulié

 

Commissaire : Xavier Douroux

Jusqu’au 17 avril 2017

Fonds HĂ©lĂšne & Édouard Leclerc pour la Culture

Aux Capucins

29800 Landerneau

 

 

 

 

2 réflexions sur “Hans Hartung (1904-1989) et les peintres lyriques

RĂ©pondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s