Poush Manifesto

Poush déménage et poursuivra son aventure dans le site historique des usines de fabrication des parfums L.T. Piver à Aubervilliers, patrimoine industriel de la foncière Société de la Tour Eiffel toujours sous la direction artistique d’Yvannoé Kruger.

Je commence par le haut, 16e étage néons et vue à couper le souffle sur la Tour Eiffel, je retrouve Pauline Guerrier (voir article précédent) , artiste découverte à la Fondation Sisley 3-5 Friedland. L’artiste est sortie des Beaux-Arts en 2014 et a eu comme professeur Giuseppe Penone. Elle utilise divers matériaux, techniques patchwork de tissus, marqueterie de bois aux différentes essences, un peu « diseuse de bonne aventure  » elle se passionne pour les lignes de la main qu’elle reproduit et réunit sur des plaques de verres. Une artiste lumineuse à suivre, elle est représentée par la Galerie RX qui vient d’ouvrir un nouvel espace à New York, vivement que nous puissions à nouveau voyager librement !

Au même étage je rencontre Clara Rivault, singulière qui réalise des moulages de torses dans lesquels elle coule de la porcelaine, le résultat : des feuilles de porcelaine blanches translucides, d’une grande finesse reproduisant la texture de la peau. C’est très beau comme sa sculpture La Promesse d’une Promesse deux doigts sculptés en bronze.

Pour l’occasion deux commissaires ont été invités : Hervé Mikaeloff et Anaël Pigeat , ils présentent tous les deux une sélection d’ateliers, le premier prend la suite de Gaël Charbau en tant que commissaire invité pour le futur Art Paris (reporté en septembre)

Je rencontre Louis Verret qui pendant le confinement s’est intéressé aux livres de sa bibliothèque et en a réalisé les portraits, le livre qu’il dépeint avec ses signes : un ticket de métro, une place de match de foot… bref, une série de petites toiles toutes associées à une ou deux pages de texte. Très marqué par la censure exercée sur l’artiste Philip Guston militant anti racisme dont les expositions ont été tristement annulées ou « reportées » de peur que sa série sur le Ku Klux Klan soit mal interprétée.

Caroline Corbasson rencontrée au Prix Sciences Po 2015, l’artiste fait partie de la sélection de la critique d’art Anaël Pigeat. Caroline Corbasson explore par ses dessins, vidéos, sculptures, notre perception de l’espace tout en tenant compte des progrès des scientifiques et dernières technologies.

Caroline Corbasson – Sélection Anaël Pigeat © The Gaze of a Parisienne

La tapisserie est à l’honneur ces dernières années, l’artiste Julian Farade devant un métier à tisser tout neuf m’explique un point de broderie qu’il a mis au point pendant le confinement.

Julian Farade

Dans un autre style à découvrir au 13e étage l’artiste Desire Moheb-Zandi qui mêle tradition et modernité dans ses tissages, enfant, en Turquie, elle a observé sa grand-mère de longs moments utiliser le métier à tisser – SuperzoomArt

Desire Moheb Zandi © Superzoom

la suite Poush en image

http://manifesto.paris/projet/poush/

Poush, opération d’intérêt général, est désormais porté par l’association ADLCA (Association pour le Développement des Lieux de Création Artistique), association loi 1901 créée en juin 2021 par Hervé Digne et Laure Confavreux Colliex avec pour objet le développement et la promotion de lieux de création pluridisciplinaires pour les artistes et les acteurs de l’art, au coeur des territoires, dans une perspective internationale.

Laisser un commentaire