Edmund de Waal: Lettres de Londres, Espace Muraille

Des installations de porcelaine délicates et poétiques, à la pureté japonisante, c’est ce que je découvre en entrant à l’Espace Muraille. Je suis fascinée par cette blancheur aux mille nuances contrastant avec des noirs profonds: me voici immergée, pour la première fois, dans le monde si particulier du céramiste britannique Edmund de Waal.

Edmund de Waal, « Three lines on the weather », 30X190 cm ,©thegazeofaparisienne

 

Son art de céramiste commence tôt, dans sa plus tendre enfance, où il se passionne déjà pour la poterie. Plus qu’une passion d’ailleurs , c’est un besoin pour lui de s’exprimer « au delà des mots » par ses créations manuelles. Pour nous parler de ses inspirations, il nous conte de belles histoires. Celles de biens étranges objets Japonais du XVIII ème siècle- les « Netsuke ». De très petites tailles (ils tiennent dans le creux de la main), ces mystérieux Netsuke, admirablement sculptés, paraient les ceintures de toutes sortes de sujets: animaux étranges, végétaux, caricatures de personnages ou encore scènes érotiques. Ce sont les « héros » du célèbre livre Le lièvre aux yeux d’Ambre (« the Hare with Amber Eyes »), où Edmund de Waal relate la mythique saga des Ephrussi, sa famille, tout en révélant également son  talent d’écrivain.

Netsuke, photo and © Fran Pickering

C’est en rendant visite à son oncle à Tokyo, qu’il découvre  264 pièces de ces Netsuke . Cette étonnante collection, seul vestige de l’immense fortune des Ephrussi   détruite par les Nazis, fut sauvée par une fidèle femme de chambre qui les cacha dans du linge. Un vrai signe du destin puisqu’ Edmund de Waal en deviendra l’héritier. Ce qui le fascine, dans cet art ancien Japonais, ce sont le travail minutieux de la matière et le toucher très sensoriel lorsqu’on les prend dans la main. A sa manière, il les insuffle dans ses propres oeuvres, avec son langage minimaliste et épuré. L’artiste évoque son rapport sensuel avec la porcelaine, la texture soyeuse de la pâte qu’il travaille de ses doigts, l’étirant jusqu’à la translucidité de la matière.

Canti , Edmund de Waal, @thegazeofaparisienne

« Lettres de Londres » est la première exposition d’ Edmund de Waal en Suisse. Le titre rend hommage à l’essai, de ce même nom, écrit par  Voltaire, qui vécut quelques années près de Genève . Les oeuvres de l’artiste investissent l’Espace Muraille ainsi que, pour quelques jours seulement, le  magnifique appartement XVIII ème des Freymond au 1er étage.

« To begin again »,Edmund de Waal, 64,5×240 cm,©thegazeofaparisienne

Edmund de Waal compose de délicats poèmes avec ses pots de céramique, qu’il assemble et organise de façon très précise sur des étagères ou dans des vitrines. De ces installations subtiles, nuancées, au tempo étrange, nait une magie mystérieuse qui envoûte le visiteur et l’invite à une rêverie méditative.

Edmund de Waal, « In C « , 112,5 x 170 cm, ©thegazeofaparisienne

L’ influence de la Musique, qui accompagne Edmund de Waal dans chaque instant de sa vie, se ressent fortement au travers de cette exposition. Je suis saisie par la sensation de rythme qui se dégage de sa création Eisenach– du nom de la ville où naquit JS Bach. Composée d’une douzaine de vitrines noires, abritant chacune  2 grandes porcelaines blanches, elle s’organise comme une partition musicale. Plus loin, une oeuvre de grand format, in C, renvoie aux créations répétitives et minimalistes de Terry Riley, tandis que trois pièces de la série, Dix milles choses, rendent hommage aux compositions emplies de Silence de John Cage .

« Eisenach », Edmund de Waal, 36 porcelaines dans 12 comportements de bois,©thegazeofaparisienne

Détail des céladons

Quelle belle exposition, nous offrent Caroline et Eric Freymond dans cet espace d’exposition, dont la programmation de grande qualité ne cesse de nous surprendre. Orchestrée de main de maître par Laurence Dreyfus et réalisée en collaboration avec la Galerie Gagosian, elle nous fait découvrir cet artiste qui inscrit dans ses compositions de porcelaine un dialogue inspiré entre musique, architecture et littérature.

Caroline d’Esneval

A voir absolument,  jusqu’au 15 Avril 2017!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Edmund de Waal

Lettres de Londres

Espace Muraille – 5 place des Casemates- Genève

Jusqu’au 15 Avril 2017 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s