Asia Now 2020

PAR STEPHANIE DULOUT & FLORENCE BRIAT SOULIE

Alexandra Fain, directrice Asia Now- Otani Workshop -Yuji Ueda – Gallerie Perrotin – © The Gaze of a Parisienne

Asia Now, 2020, une édition attendue et remarquée ! Paris sans Fiac laisse libre champ à l’Asie artistique avec une première ouverture sur l’Inde.

24. Remen Chopra – W. Van Der Vaart, Location-dislocation, 2020. Bibliothèque du musée @edtr.photography

Alexandra Fain et son équipe ont réussi l’exploit de maintenir ce rendez-vous et nous offrir une sélection d’oeuvres très pointues en parallèle d’un programme passionnant avec le musée Guimet très tourné vers la création contemporaine. Cette année l’Inde et le Japon étaient à l’honneur et hier soir avait lieu le vernissage de l’Asie maintenant.

Remen Chopra (née en 1980), artiste indienne, dans la bibliothèque et Reena Saini Kallat dans l’Hôtel d’Heidelbach (un des trois lieux du Musée Guimet) sont les deux artistes indiens invités.

Reena Saini Kallat . Verso-Recto-Recto-Verso Musée Guimet
Sophie Makariou, présidente du Musée Guimet © The Gaze of a Parisienne

Au deuxième étage du musée, sont présentées 11 oeuvres d’artistes japonais, travaillant la vannerie à partir du bambou. Le musée accueille pour sa première édition le Mingei Bamboo Prize qui sera donné le 24 novembre prochain et le public pourra également voter. Devant des sculptures d’un raffinement extrême, je suis tombée en arrêt devant les 3 Hito (femmes) de Nagakura Kenichi (1952-2018) qui appartiennent à une collection privée.

Nagakura Kenichi (1952-2018) – Hito (femme). 2016. Bambou, madake, rotin, laque, argile et jus de kaki vert.

La visite The Gaze par Stéphanie Dulout

ASIANOW 2020 Grand cru !

Min Jung Yeon – « Navires en silence » 2020 – Galerie Maria Lund

A2ZArtGallery

Stand A 100

BaoVuong

Bao Vuong « The crossing XXIII », 2020 Huile sur toile. 107 X 170 – A2Z Art Gallery

Ceci n’est pas un monochrome. Loin d’être figées dans la masse noire des empâtements de peinture, les vagues brillent à la lueur de la lumière au gré de ses variations et de nos déplacements. Cette toile n’est pas non plus une abstraction, elle raconte une histoire. Sous la masse sombre pailletée par ces reflets changeants et mouvants, gît, ou s’agite, un morceau d’océan, comme un lambeau de souvenir ; celui de la longue et périlleuse traversée accomplie par les parents de l’artiste, avec lui, alors qu’il n’avait qu’un an, et d’autres boat-people, pour fuir le Vietnam. Ayant trouvé sa terre d’accueil en France, Bao Vuong a voulu refaire le voyage pour extirper le souvenir de l’oubli, ou plutôt, l’imaginer et le recréer. Voici la trace de sa quête. Fascinant. 

Jeanne Bucher Jaeger

Stand A 207

SoloShowZarina

Zarina,These Cities Blotted into The Wilerness, Srebrenica, 2003, gravure sur papier Okawara, monté sur papier Somerset , 41,3 x 36,2 cm

Zarina,The Universe is Full of Paths and Orbits, 2016, collage de feuille d’étain et papier BFK light teinté à l’encre noire, monté sur papier Somerset Antique, 62,2 x 55,8 cm

Un magnifique hommage est rendu par la galerie Jeanne Bucher Jaeger, nouvelle venue à Asia Now, à l’artiste indienne Zarina Hasmi disparue cet été. Né en 1937, dans la région de l’Uttar Pradesh, elle fut l’une des quatre artistes à représenter le Pavillon indien lors de son entrée à la 54ème biennale de Venise en 2011, et est représentée dans les plus grandes institutions internationales, du Guggenheim de New-York, qui lui consacra une rétrospective en 2011, au Victoria and Albert Museum de Londres, en passant par le Centre Pompidou ou le LaM de Villeneuve d’Asq.

Ses œuvres, d’une grande beauté, baignées de nostalgie et d’érudition, sont principalement réalisées en papier – matériau des poètes et des lettrés, qu’elle considérait comme une seconde peau. Tour à tour gravé, tissé, percé, moulé, sculpté, il fut pour elle son compagnon de voyage, et porte magnifiquement les stigmates de son parcours initiatique chaotique. Des gravures sur bois donnant aux tracés cartographiques la beauté du signe aux sculptures en pulpe de papier couleur de pierre, on y décèle une réflexion sur le nomadisme, l’exil, le déracinement, les ravages de la guerre…, mais aussi, une quête mystique, notamment dans ses derniers collages à la feuille d’or (The Universe is Full of Paths and Orbits).

Galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois

Stand A 203

SoloShowPeyback

Peybak (Iranian duet), Abrakan # 57, 2016, gesso, acrylique, encre et pastel sur toile, 189 x 189 cm

Fantastique duo iranien chez Georges-Philippe et Nathalie Vallois. 

Peyman Barabadi & Babak Alebrahim Dehkordi, alias Peybak, tous deux nés en 1984 et diplômés de la Tajasomi Pesaran Art School de Téhéran, composent à quatre mains des tableaux minuscules ou immenses où fourmillent des petits monstres, mi-homme, mi-embryon, évoquant le peuple des djinns ou des gobelins. Grouillant, culbutant, tournoyant, ils pullulent, sous de vastes horizons vides, sur des terres désertiques, qui parfois les aspire dans un grand maelstrom tourbillonnant vers le fond du tableau, comme avalés par un abîme, une trouée au centre de la toile… « Abrakan » est le nom donné par les deux artistes à ce royaume du chaos. Renversant.

Galerie Raibaudi Wang 

Stand A 210

LiChevalier

SoloShow

Tout remue, tout palpite, tout respire dans les paysages noirs et blancs de Li Chevalier : un ciel aqueux, des rochers écorchés et râpeux, une mer écumeuse, des brumes flottantes… Seuls quelques éléments d’architecture plantés ça et là dans le décor, semblent contredire cette palpitation des éléments. 

Le secret de l’artiste ? : « l’encre expérimentale » par laquelle elle a révolutionné une pratique millénaire. Appliquant l’encre, non pas sur du papier, selon la tradition orientale, mais sur la toile, elle y mêle de la peinture acrylique, des pigments, du sable, des fragments de quartz et des collages de papier de riz… De là l’incroyable densité des matières, presque imperceptible à l’œil nu, qui donne vie à ces paysages lunaires et crépusculaires semblant surgis de la nuit des temps. Fantastique !

Li Chevalier.- Raibaudi Wang Gallery.

BIO

Li Chevalier est née à Pékin en 1961 et vit entre Paris et l’Asie. Installée en France depuis 1984, elle est diplômée de philosophie politique (DEA à la Sorbonne en 1990) et du Central Saint Martins College of Art and Design de Londres. Exposé au ” Summer Exhibition ” de la Royal Académie des Arts de Londres en 2007, son œuvre a fait l’objet de plusieurs expositions monographiques – au musée d’Art contemporain de Rome en 2017, au musée national des Beaux-Arts de Chine en 2010, au musée des Beaux-Arts de Shangaï en 2011, au Centre d’Art contemporain La Base sous-marine de Bordeaux en 2014… Deux de ses tableaux majeurs sont exposés dans le salon de l’ambassade de France à Pékin au côté des œuvres de deux artistes franco-chinois : Zao Wou-Ki et Chu Teh-Chun…

There is No Explosive in This – Objects confiscated at the Pierre Elliot Trudeau International Airport, Montreal, 2011, confiscated Objects at the Pierre Elliot Trudeau International Airport, Montreal, 110 x 462 x 78 cm,

Maria Lund 

Stand A 109

Min Jung-Yeon

Autre artiste virtuose de la peinture à l’encre et du dessin, Min Jung-Yeon (née en 1979 dans la campagne sud-coréenne, formée aux arts graphiques à l’université de Séoul avant de quitter son pays natal pour gagner la France et intégrer les Beaux-Arts de Paris dont elle sort diplômée en 2006) peint aussi des paysages imaginaires, des paysages intérieurs, à la lisière de l’abstraction et de la figuration, de la fantasmagorie et du cauchemar. Des mondes en fusion, en perpétuel métamorphose, où les formes – volcaniques, embryonnaires, osseuses ou rocheuses, utérines ou caverneuses… – tour à tour explosent, s’écoulent, fusionnent, se propagent ou se délitent… Mêlant à la fluidité de l’encre la minutie du trait, au chaos des taches et des éruptions calligraphiques la douceur et la délicatesse des tons pastels, ces paysages organiques fascinent tant par la puissance de leur vision que par la virtuosité de la technique graphique. 

MinJung-Yeon, Somewhere 2, 2020, encre de chine, crayon et crayon de couleur sur papier.

Galleria Continua  & Marella Rossi

Shilpa Gupta

Attention: master-piece !

Shilpa Gupta (née en 1979) Galleria Continua.

There is No Explosive in This – Objects confiscated at the Pierre Elliot Trudeau International Airport, Montreal, 2011, confiscated Objects at the Pierre Elliot Trudeau International Airport, Montreal, 110 x 462 x 78 cm,

Sur un grande table recouverte d’un drap de lin, pouvant évoquer l’univers carcéral ou l’hôpital, la table de dissection et les étalages archéologiques, sont alignés des objets recouverts d’une gangue de lin cousue, dont le titre de l’œuvre nous apprend qu’ils ont été confisqués à l’aéroport de Montréal. A cette troublante exposition d’objets cachés répondent des photographies des dits objets confisqués non camouflés, mais aussi d’autres œuvres de l’artiste évoquant l’enfermement, les pratiques clandestines, les flux migratoires, la porosité des frontières… 

Entre visibilité et invisibilité, fiction et allégorie, le dispositif de l’artiste indienne (née à Mumbai en 1976) conduit très habilement, par le jeu du paradoxe et du détournement poétique, à un questionnement éthique et politique qui ne peut nous laisser indifférent. 

Marella Rossi et moi devant un très beau paravent en laque de Coromandel du 17e siècle- Galleria Continua & Marella Rossi

La Galerie Continua fait ici une entrée magistrale à Asia Now…

AlmineRech 

Kim Tschang-Yeul

Attention : curiosités !

Autre grosse pointure à faire son apparition à Asia Now, Almine Rech honore le maître de la goutte d’eau, Kim Tschang-Yeul avec deux curiosités : de séditieuses mais très esthétiques Waterdrops bleues tracées à l’huile, en guise de point d’exclamation, sur une page du journal Le Monde datée du 3 juillet 1986 (signalons une erreur sur le cartel biffé, au passage…), ainsi qu’une très belle Nuit composée en deux temps à 36 ans d’intervalle ! Le fond monochrome entièrement recouvert au graphite en 1983 aura attendu 2019 pour se voir paré de ravissantes petites gouttes faisant ressortir dans leur fausse transparence la richesse de sa teinte de plomb. On en redemande !… 

Kim Tschang-Yeul. Nuit, 1983-2019. Graphite et acrylique sur toile. 162 x 130 cm.

La suite en image :

Asia Now

Asia Now

6ème édition du 21 au 24 octobre 2020

9 Avenue Hoche, Paris 8e.

Musée Guimet

L’Asie Maintenant

Jusqu’au 25 janvier 2021

Et aussi : Carte blanche à Daniel Ashram, Moonraker , dans la rotonde, son jardin zen en blanc et « bleu Guimet », oui je viens de l’apprendre, Emile Guimet avait son bleu fétiche.

Carte blanche à Daniel Arsham – Moonraker Musée Guimet – © EDTR.PHOTOGRAPHY –

Jusqu’au 21 janvier 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s