MARCEL DUCHAMP LA PEINTURE MEME- CENTRE POMPIDOU

 24 septembre 2014 – 5 janvier 2015.

Marcel Duchamp - La peinture même. 2014. Centre Pompidou

Marcel Duchamp. « Boîte en valise », 1935

 « L ‘œuvre se situe dans l’œil de celui qui regarde ». Marcel  DUCHAMP (1887-1968)

Marcel Duchamp, la peinture même / Centre Pompidou , 2014

MARCEL DUCHAMP L.H.O.O.Q 1919, readymade rectifié Collection particulière © succession Marcel Duchamp / ADAGP, Paris 2014

A vous de déchiffrer L.H.O.O.Q… 

A Beaubourg en ce moment deux possibilités s’offrent à nous, découvrir l’artiste qui a inventé le « Readymade » : Marcel Duchamp ou celui qui fait de son public un « Readymade » : Jeff Koons ?

Marcel Duchamp. La peinture, même.

Marcel Duchamp. « Baptême » 1911. Huile sur toile

 

Marcel Duchamp est un artiste fascinant qui aimait la vie et qui a changé la conception de l’art telle qu’elle existait au début du XXe siècle.

Cette exposition nous montre son talent en tant que peintre, la plupart des peintures étant conservées aux Etats-Unis et donc peu connues du public, elle nous accompagne vers l’ultime tableau « Le grand verre ». En effet Marcel Duchamp se pose la question de la peinture et sa réponse sera cette dernière oeuvre présentée au Centre Pompidou.

Marcel Duchamp, la peinture, même.

Marcel Duchamp. « Femme rouge » crayon sur papier. 1910-1911

Par quoi était inspiré Marcel Duchamp, nourri de la vie artistique, en allant regarder du côté des techniques et des sciences ? Les peintures de nus exposées au Salon, peintes à la manière des fauves, « Adam et Eve » peint par Picabia, l’influence de Matisse qui expose la « Musique », la « Danse » et ses figures rouges, l’avaient fortement impressionné. En 1911, c’est la fin de l’esprit naturaliste et l’ambition est de restituer à la peinture une sorte de noblesse intellectuelle. A cette date, Marcel Duchamp est séduit par le symbolisme illustré par Odilon Redon. L’art doit énoncer une pensée sur le réel.

Marcel Duchamp, la peinture même. 2014. Centre Pompidou.

Marcel Duchamp. « Médiocrité ». Mine graphite sur papier. 1911.

Duchamp va faire une rencontre déterminante qui le précipitera vers la  liberté : Picabia un grand dandy, sa  femme séduisante dont il tombera amoureux. Ce jeune homme de bonne famille, fils de notaire, va alors peindre  « Nu descendant un escalier » ! La peinture sera jugée scandaleuse par ses amis et refusée au Salon, surtout à cause du titre qui est aussi celui d’un exercice académique pour les étudiants des beaux-arts.  Albert Gleizes viendra lui annoncer que le tableau n’est pas assez cubiste !

Marcel Duchamp, la peinture même. 2014. Centre Pompidou.

Marcel Duchamp. « Nu descendant un escalier ». Huile sur toile . 1911.

Marcel Duchamp, la peinture même. 2014. Centre Pompidou.

Constantin Brancusi (1876-1957). « Etude pour le portrait de Mme Eugène Meyer Jr ». 1916-1933. Bois de noyer et pierre calcaire.

Très vexé,  Duchamp prend alors  ses distances avec le mouvement et se rapproche des futuristes italiens, séduit par leur message iconoclaste, mais très vite, il juge très décevante leur peinture.

C’est la vie d’artiste, une visite au salon de l’aéronautique avec ses amis Fernand Léger et Constantin Brancusi, un voyage avec Picabia et Apollinaire, tout mène à l’art.

 

 

 

 

Marcel Duchamp, la peinture même. 2014. Centre Pompidou.

Constantin Brancusi (1876-1957). « Léda ». 1926.

Tout se mêle : technique, mouvement, art, érotisme. Cela donne « les joueurs  d’échecs » (1911).

La décomposition du mouvement, la référence au cinéma, enfin Man Ray , un des premiers artistes de l’art cinétique, sont des sources qui initient Duchamp au 7ème art.

C’est également le passage d’une forme à une autre avec la « Vierge »  destinée à devenir « la Mariée », dont la représentation est une sorte d’écorchée , « mariée mise à nue par les célibataires » ! Le très beau tableau de Lucas Cranach L’Ancien, « Vénus », a inspiré Duchamp pour la « Mariée ».

Marcel Duchamp. "Mariée" 1912. Huile sur toile.

Marcel Duchamp. « Mariée » 1912. Huile sur toile.

 

Crayon sur papier journal.

Marcel Duchamp « Vierge » 1912. Crayon sur papier journal.

Duchamp était bibliothécaire à la bibliothèque Sainte Geneviève, et là il a pu lire de nombreux ouvrages de mathématiques ou de perspectives et il prend des notes.

Ses titres sont toujours un mélange d’humour et d’ironie : « Tu m' » a plusieurs interprétations possibles, c’est aussi sa dernière peinture au sens technique tu terme, toujours cette question de la peinture et sorte de mise à plat de toutes ses réflexions sur le sujet. Cette question sera résolue par son dernier tableau « Le grand  verre ».

 

Marcel Duchamp, la peinture même. 2014. Centre Pompidou.

Marcel Duchamp. « La fenêtre bleue »

 

 

Pour l’élaboration du « Grand verre », il prendra l’idée de la fenêtre qui le fascine car elle offre la possibilité de perspective, comme les deux trous dans une porte pour apercevoir une  sculpture sous forme de diorama.

Celui qui regarde l’oeuvre est un voyeur, d’où l’érotisation de l’art. L’oeuvre d’art existe par celui qui la regarde. Le readymade est une sorte de promotion de l’objet en oeuvre d’art grâce à la décision de l’artiste.

Marcel Duchamp, la peinture même. 2014. Centre Pompidou.

Marcel Duchamp. « Le grand verre ». 1915-1923.

 

Pendant vingt ans Duchamp dira que l’art est fini, tout en construisant son « Grand Verre » ! Que penserait-il aujourd’hui ?

 

Pour André Breton  Marcel Duchamp est l’homme le plus intelligent du XXe siècle.

Si vous avez un peu de temps pendant ces fêtes de fin d’année, courrez voir cette exposition et peut-être découvrir un acteur essentiel de l’art contemporain.

Florence Briat-Soulié

 

 

 

« Pourtant j’attirais l’attention que l’art est un mirage. un mirage exactement comme dans le désert, l’oasis qui apparaît. C’est très beau jusqu’au moment où l’on crève de soif évidemment. Mais on ne crève pas de soif dans le domaine de l’art. Le mirage est solide » Marcel Duchamp

Marcel Duchamp, la peinture même - Centre Beaubourg 2014

Man Ray (1890–1976) « Portrait de profil de Marcel Duchamp » Gelatin silver print, 1930.

 

Cécile Debray, commissaire de l’exposition

24 septembre 2014 – 5 janvier 2015 de 11h00 à 21h00

 Galerie 2 – Centre Pompidou, Paris

 

A LIRE  : Marcel Duchamp (auteur)  : Entretiens avec Pierre Cabanne Broché – 21 août 2014 –

Judith Housez « Marcel Duchamp, biographie ». Editeur Grasset.

PODCAST : http://www.franceculture.fr/emission-les-regardeurs-la-mariee-de-marcel-duchamp-2014-09-27

Une réflexion sur “MARCEL DUCHAMP LA PEINTURE MEME- CENTRE POMPIDOU

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s