Lee Bae – le Maître Coréen au Charbon noir

ENGLISH VERSION (click here)

Rencontre avec l’artiste Coréen Lee Bae pour une visite privée de son atelier Parisien. L’homme présente une sérénité et une gentillesse touchantes. A peine franchie l’entrée de son Studio, nous sommes saisies par l’énergie et la beauté dépouillée qui se dégagent de ses toiles, où résonne un noir charbon intense .

L'artiste Coréen Lee Bae dans son atelier Parisien ©Thegazeofaparisienne

L’artiste Coréen Lee Bae dans son atelier Parisien
©Thegazeofaparisienne

Depuis 20 ans maintenant, Lee Bae travaille la profondeur du charbon. Il en aime la couleur autant que la matière qu’il explore en réinventant chaque fois la richesse de la texture. Au départ, la rencontre avec cet élément naturel est fortuite: arrivé en France, l’Artiste recherche un matériau peu couteux pour ses oeuvres.  C’est  une révélation pour Lee Bae, le charbon s’impose comme chargé de sens et de force. Elle lui évoque l’encre de chine et le lien avec la nature si important en Corée. Elle lui révèle également toute son énergie, ses contrastes, sa densité mais aussi sa légèreté losrqu’elle redevient poussière. Il y trouve un champ d’expression infini.

Lee Bae Musée Guimet ©Thegazeofaparisienne

Lee Bae
Musée Guimet
©Thegazeofaparisienne

Lee Bae nous raconte son processus de création long et minutieux (1à 2 mois)- presque un rituel – pour faire naitre chacune de ses oeuvres picturales. Prendre le temps pour servir sa création est une composante essentielle de sa philosophie . Depuis le travail du charbon jusqu’à la préparation de la toile pour apporter une matière particulière ou encore pour en concevoir le motif. Rien n’est laissé au hasard. Ce sont tout d’abord des dessins précis de ce qu’il va représenter. Car son geste ne souffre aucun écart, sa grâce réside dans un équilibre parfait, sa poésie dans une légèreté étudiée, son énergie dans un mouvement maitrisé.

dessins préparatoires Atelier Lee Bae ©Thegazeofaparisienne

dessins préparatoires
Atelier Lee Bae
©Thegazeofaparisienne

Ce qui étonne et contribue à la puissance de l’oeuvre est l’effet de profondeur de la toile. Ce n’est plus une surface plane, on y trouve une transparence et un relief visuel très perceptible. Lee Bae obtient cela en superposant successivement trois couches d’acrylique sur lesquelles il repeint à chaque fois  le motif initial par transparence.  La texture même de cette acrylique est fascinante. elle apparait sous la forme d’un liquide laiteux opaque blanc qu’il fait couler sur la toile. En séchant le medium acrylique devient transparent et cireux,  prennant une couleur coquille d’oeuf qui variera en fonction de son exposition à la lumière. Un fond vibrant et vivant dont la clarté fait ressortir par contraste la force du Noir et la souplesse des motifs.

Lee Bae Atelier de l'Artiste ©Thegazeofaparisienne

Lee Bae
Atelier de l’Artiste
©ElodieCodaccioni

Lee Bae nous confie que ce qui l’intéresse le plus en tant que peintre plasticien, c’est expérimenter sans cesse de nouveaux procédés pour changer l’aspect de la matière, en révèler une autre facette.

Lee Bae - Galerie RX Asian Now 2015 - ©Thegazeofaparisienne

Lee Bae – Galerie RX
Asian Now 2015 – ©Thegazeofaparisienne

La preuve en image! Lee Bae part un instant au bas d’un escalier de son atelier et en revient avec une pièce d’un tout autre genre qu’il a peint il y a quinze ans. Le tableau est totalement noir et se présente comme une mosaïque de tranches de charbons coupées qui attrapent la lumière en faisant briller les grains de micas argentés. Magnifique! Vous pouvez admirer en ce moment un grand format de cette même veine au Musée Guimet dans le cadre de l’exposition « carte blanche à Lee Bae » (jusqu’au 25 Janvier)… Le Musée Guimet l’a d’ailleurs achetée pour sa collection permanente.

Lee Bae Musée Guimet ©Thegazeofaparisienne

Lee Bae
Musée Guimet
©Thegazeofaparisienne

L’évolution de son travail autour du même élément, le charbon, s’étend également à des formes sculpturales. Ses installations de blocs de charbons ligotés ensemble, dans la salle du Musée Guimet, répondent par leur force brute aux courbes poétiques de ses tableaux.

Lee Bae Musée Guimet ©Thegazeofaparisienne

Lee Bae
Musée Guimet
©Thegazeofaparisienne

Comme j’aime beaucoup cet artiste, je suis allée ensuite au Musée  Cernuschi où  Lee Bae est présenté au travers de 3 tableaux illustrant chacun une facette de son cheminement artistique: un tableau noir des années 1990 en mosaïque de charbon, une très belle oeuvre à la courbe-spirale noire enroulée  sur une superposition de couches acryliques ou  encore ce tableau- sculpture noir et blanc où une épaisse couche de charbon noir de plusieurs centimètres est posée en relief sur la toile blanche.

Lee Bae Musée Cernuschi @Elodie Codaccioni

Lee Bae
Musée Cernuschi @thegazeofaparisienne

Lee Bae se dévoile. Il fait partie de ces artistes issus d’Asie qui sont tombés amoureux de la France et y ont élu domicile. Né en Corée du sud, il effectue ses études artistiques dans son pays natal où il commence sa vie d’Artiste avec des oeuvres… très colorées!!! En 1990, déclic et grand changement, il  vient s’installer à Paris, découvre la magie du charbon et travaille à l’atelier de Lee Ufan pendant dix ans.

Parmi les principales expositions récentes en France, il faut retenir: une rétrospective personnelle au Musée d’Art Moderne de Saint Etienne en 2011 soit six ans après que Lee Ufan lui même y ait été exposé, puis à la Fondation Fernet-Branca en 2014. En 2015, Paris le célèbre au Musée Guimet et au Musée Cernuschi .

A venir en 2016, une actualité très riche se prépare pour Lee Bae qui suscite un intérêt grandissant dans le monde de l’Art. En France bien sur, avec notamment une exposition au Château de Chaumont et une « Mise à l’honneur » au salon Art Paris en Mars. Mais aussi dans son pays natal: après une magnifique exposition personnelle au Contemporary Art Museum de Daegu en 2014, c’est le Gouvernement Coréen, lui même, qui souhaite faire de cet artiste un emblème de l’Art Coréen. Ainsi Lee Bae  s’est vu offrir  – une grand maison Atelier sur l’ile de Ulleungdo ainsi que des espaces pour y loger ses futurs assistants.

Avec Lee Bae dans son atelier Parisien ©Thegazeofaparisienne

Avec Lee Bae dans son atelier Parisien
©Thegazeofaparisienne

Un très bel artiste à découvrir, un geste essentiel qui fait danser les courbes avec poésie, un magicien – « Alchimiste » qui transforme le charbon en oeuvres de toute beauté.

Caroline d’Esneval et Florence Briat Soulié

 

http://leebae.net

Musée Guimet « Carte blanche à Lee Bae » jusqu’au 25 janvier http://www.guimet.fr/fr/expositions/expositions-a-venir/carte-blanche-a-lee-bae

Musée Cernuschi « Séoul -Paris – Séoul » jusqu’au 7 février  http://www.cernuschi.paris.fr/fr/expositions/seoul-paris-seoul-1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s