« Le grand losange » de Daniel Buren

 

Photo-souvenir: 'Le Grand Losange’, travail in situ, Galleria Continua chez Galerie Aveline Jean-Marie Rossi, Paris, Octobre 2016 bandes de vinyle auto- adhésif noir et blanc de 8,7 cm de large et vinyle coloré translucide © Daniel Buren / ADAGP, Paris

Photo-souvenir: ‘Le Grand Losange’, travail in situ, Galleria Continua chez Galerie Aveline Jean-Marie Rossi, Paris, Octobre 2016
bandes de vinyle auto- adhésif noir et blanc de 8,7 cm de large et vinyle coloré translucide © Daniel Buren / ADAGP, Paris

Ce matin là j’avais rendez-vous avec Marella Rossi, place Beauvau dans le temple des arts décoratifs du XVIIIe siècle, chez l’antiquaire Jean-Marie Rossi.
Et c’est une jolie histoire que sa fille Marella me raconte, tout d’abord celle de son père, ce jeune homme italien fou de belles choses.

Un beau rêve  que réalise ce fils d’émigré.  Au départ, nous sommes loin de l’écrin du Faubourg. Son père débute comme tourneur et deviendra directeur d’une usine de roulement à billes.  Embourgeoisement, Il se marie avec une alsacienne et c’est sur les conseils de  leur filsJean-Marie, qu’ils déménagent pour une nouvelle adresse le Champ de Mars.  L’ambition de Jean-Marie Rossi est de rencontrer des gens passionnants, des artistes, à 15 ans il connaissait tous les antiquaires et faisait acheter des meubles à son père. Au retour de son service militaire il  repère que Maurice Aveline antiquaire de cette célèbre rue du Cirque est souvent à Londres, vivier du XVIIIe siècle français, conséquences de la révolution. Jean-Marie Rossi lui propose de tenir sa galerie à Paris et très vite, ils s’associent.

Photo souvenir Daniel Buren Le Grand Losange’, travail in situ, Galleria Continua chez Galerie Aveline Jean-Marie Rossi, Paris, Octobre 2016 © Daniel Buren / ADAGP, Paris

Photo souvenir
Daniel Buren
Le Grand Losange’, travail in situ, Galleria Continua chez Galerie Aveline Jean-Marie Rossi, Paris, Octobre 2016
© Daniel Buren / ADAGP, Paris

Dès les premières années, il se tourne vers  les arts décoratifs étrangers et  s’intéresse aux  meubles de l’Exposition Universelle : Beurdeley, Barbedienne.

Le jour, il vit avec le mobilier XVIIIe et le soir, il se passionne  pour l’art contemporain,

Et c’est sur ce terrain  de la confrontation que Marella a  décidé de s’aventurer.

Le mélange des genres plait,  art africain / art moderne  c’est évident : pensons  à l’actuelle collection de Marc Ladreit de Lacharrière.

Art contemporain/mobilier XVIIIe pas si simple c’est pourtant cette direction qu’a prise, il y a  quatre ans, Marella, en  invitant au moment de la Fiac, une galerie dans sa galerie,  et ce fût un grand  succès.

Photo souvenir Daniel Buren Le Grand Losange’, travail in situ, Galleria Continua chez Galerie Aveline Jean-Marie Rossi, Paris, Octobre 2016 © Daniel Buren / ADAGP, Paris

Photo souvenir
Daniel Buren
Le Grand Losange’, travail in situ, Galleria Continua chez Galerie Aveline Jean-Marie Rossi, Paris, Octobre 2016
© Daniel Buren / ADAGP, Paris

A l’occasion de  la deuxième édition de ce cet évènement  elle  rencontre Lorenzo Fiaschi créateur de Galleria Continua.

Coup de foudre entre les deux galeries,  une première expérience avec Michelangelo Pistoletto, et, depuis,  tous les ans, un artiste investit l’espace du 94 rue du fg st honoré.

Daniel Buren et Marella Rossi Credit: @Fabienne Altabert @galerie.aveline

Daniel Buren et Marella Rossi
Credit: @Fabienne Altabert
@galerie.aveline

Il faut savoir que Jean-Marie Rossi, fut  également un des premiers acheteurs de Buren dans les années 60. Il acquiert pour son ami Gunter Sachs cinq toiles, représentant le fameux tissu à rayures du Marché Saint Pierre. Gunter Sachs l’un des célèbres maris de BB n’en veut pas et on ne sait pourquoi ces cinq toiles resteront  remisées dans un placard 50 ans et c’est long ! mais quoiqu’il en soit, la surprise est d’autant plus grande à la re-découverte de ces oeuvres.

 

Photo souvenir : Daniel Buren "peinture sur papier" mai 1965 "Peinture sur papier" janvier-mai 1965

Photo souvenir :
Daniel Buren « peinture sur papier » mai 1965 « Peinture sur papier » janvier-mai 1965

Daniel Buren et Jean-Marie Rossi se revoient avec plaisir et l’exposition de l’artiste dans la galerie apparait comme une évidence. Visite à l’atelier, l’artiste dessine les plans, il fait appel à des graffeurs pour que la façade de l’immeuble soit entièrement repeinte selon son projet. Le résultat est bluffant.

Daniel Buren a imaginé d’utiliser un outil visuel à partir d’un tissu trouvé au marché Saint Pierrre ,  ayant comme motif des  bandes de 8,7 cm de large dont deux sont peintes. Il a présenté ses toiles le  3 janvier 1967 au Salon de la Jeune Peinture au Musée d’Art Moderne avec  ses camarades   : Mosset des toiles carrées avec un cercle au centre, Parmentier des toiles horizonrtales et Toroni des empreintes de pinceau à 30cm d’intervale.

Daniel Buren est présent dans de grandes collections et celui de Claude Berri a été adjugé près d’un million hors frais lors de la vente aux enchères de sa collection.

 

Bureau de Jean-Marie Rossi - Envers du décor. © Daniel Buren / ADAGP, Paris

Bureau de Jean-Marie Rossi – Envers du décor.
© Daniel Buren / ADAGP, Paris

N’hésitez pas à faire un tour sur cette place plutôt en fin d’après-midi, faites votre « photo souvenir »  puis poussez la porte et découvrez Buren, les oeuvres sorties de l’ombre de la collection de l’antiquaire mais aussi Buren que vous ne connaissez pas.  Vous serez surpris par ces toiles étonnantes, celles avant les rayures,  réalisées par l’artiste lors de son séjour dans les Caraïbes, début des années 60. Appréciez aussi les bronzes, les marqueteries, les porcelaines délicates de ces artistes fabuleux du XVIIIe siècle, les toiles de l’artiste sont en harmonie parfaite dans ce décor créé par Jean-Marie Rossi.

Photo souvenir Daniel Buren Le Grand Losange’, travail in situ, Galleria Continua chez Galerie Aveline Jean-Marie Rossi, Paris, Octobre 2016 © Daniel Buren / ADAGP, Paris

Photo souvenir
Daniel Buren
Le Grand Losange’, travail in situ, Galleria Continua chez Galerie Aveline Jean-Marie Rossi, Paris, Octobre 2016
© Daniel Buren / ADAGP, Paris

Autrement dit, la toile de 1966 est l’une des toutes premières sur lesquelles on voit apparaître des rayures verticales comme celles dont je me sers encore aujourd’hui. Mais je considère ces toiles comme mes dernières œuvres « traditionnelles », et ma vraie rupture avec la peinture traditionnelle s’est produite quand j’ai pris conscience que le lieu d’exposition de l’œuvre était aussi important que l’œuvre elle-même – une question qui ne semblait jamais avoir été posée.  » Daniel Buren

Florence Briat Soulie

Photo souvenir Daniel Buren Le Grand Losange’, travail in situ, Galleria Continua chez Galerie Aveline Jean-Marie Rossi, Paris, Octobre 2016 © Daniel Buren / ADAGP, Paris

Photo souvenir
Daniel Buren
Le Grand Losange’, travail in situ, Galleria Continua chez Galerie Aveline Jean-Marie Rossi, Paris, Octobre 2016
© Daniel Buren / ADAGP, Paris

 

 Galleria Continua  et  Aveline – Jean-Marie Rossi

 

présentent

 

Daniel Buren

 

« Le Grand losange, travail in-situ »

 

de Jean-Marie Rossi à Jean-Marie Rossi de 1965 à 2016

 

Exposition jusqu’au 10 janvier 2017

Place Beauvau, 94 rue du Faubourg Saint Honoré – 75008 Paris
http://www.galleriacontinua.com/
http://aveline.com/en/

 

Lot 21 B DANIEL BUREN (NÉ EN 1938) Peinture aux formes variables EUR 986,500 Collection Claude Berri 22 /10/2016, Christie's Paris

Lot 21 B
DANIEL BUREN (NÉ EN 1938) Peinture aux formes variables – EUR 986,500 Collection Claude Berri 22 /10/2016, Christie’s Paris

Photo-souvenir: 'Le Grand Losange’, travail in situ, Galleria Continua chez Galerie Aveline Jean-Marie Rossi, Paris, Octobre 2016 bandes de vinyle auto- adhésif noir et blanc de 8,7 cm de large et vinyle coloré translucide © Daniel Buren / ADAGP, Paris Photo Vanni Bassetti Courtesy the artist and GALLERIA CONTINUA

Photo-souvenir: ‘Le Grand Losange’, travail in situ, Galleria Continua chez Galerie Aveline Jean-Marie Rossi, Paris, Octobre 2016
bandes de vinyle auto- adhésif noir et blanc de 8,7 cm de large et vinyle coloré translucide © Daniel Buren / ADAGP, Paris

3 réflexions sur “« Le grand losange » de Daniel Buren

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s