Les chorégraphies d’Elias Crespin

Ce matin là j’avais rendez-vous à la Maison de l’Amérique latine, je pensais découvrir une exposition d’oeuvres cinétiques mais je ne m’attendais pas à assister à un ballet dont le chorégraphe est l’artiste Elias Crespin.

Certes,  les danseuses, ici, sont des spirales, les tutus sont rouges.. Neuf danseuses qui évoluent avec grâce au dessus de nos têtes, sur une musique de Jacopo Baboni Schilingi (né en 1971 à Milan, qui vit à Paris) composée spécialement pour l’oeuvre  Circular Inception.

Elias Crespin
Circular Inception, 2016

Elias Crespin est là, joyeux, patiemment il m’explique le processus de création de cette oeuvre en trois actes « Circular Inception, 2016 ». Il s’agit de trois scénarios musicaux, trois compositions alternées synchronises avec le mouvement – 11 minutes – 9 danseurs..

Une installation complète qui associe arts plastiques, musique et poésie. En 11 minutes la boucle est bouclée avec cette perspective d’éternel recommencement.

« …les mots sur la page et tout autour tandis qu’en moi mués par des fils, s’échangent invisiblement d’autres phases. «  Circular Inception – Gilles Mentré

Elias attend avec impatience la venue de son inspiratrice Luz Urdaneta, la chorégraphe vénézuélienne qui est en France avec son mari Jacques Briquet depuis peu. Elle a fondé la compagnie de danse Danzahoy qui a tant plu à l’artiste , je note sur ses conseils de regarder son travail sur youtube.

« Je voulais être architecte, mon père est arrivé avec un ordinateur et j’ai appris à programmer, c’est devenu un hobby et c’est comme cela que j’ai commencé, j’adorais la programmation. Mais  les études informatique ne me passionnaient pas vraiment , ce n’était pas ça.  Devant un cube de Jesus Rafael Soto,  j’ai vu le cube de l’ordinateur de ma jeunesse et ce fût une révélation,  je suis devenu un artiste  » Elias Crespin

L’artiste se sert de la programmation, il utilise le codage à des fins artistiques, la feuille de calcul Exel est une base et à partir de là il va coder ses futures créations.

« …Un procédé en parallèle à la programmation de façon générique comme le logiciel Excel ,  et quand je crée une nouvelle feuille de calcul je crée un nouveau programme, toutes les œuvres ont une même programmation mais toutes ont leurs différences , vitesses, formes.. « , Elias Crespin

Chaque oeuvre à son histoire, qu’il nous raconte au fur et à mesure de la visite, devant l’une il nous explique que son père mathématicien en la découvrant a reconnu les solitons,  nom donné aux ondes qui traversent l’espace en solitude .   Trois œuvres baptisées chacune naturellement « Soliton cubique »  en laiton inox et cuivre , chaque cube a de la matière des deux autres, cassant l’uniformité. 

« C’est sous nos yeux, directement, que se déroule le phénomène esthétique que l’oeuvre naît, s’agite, vit, meurt et renaît »  Jean Clay, 1969

Elias est fasciné par le monde vivant, la nature, l’univers, la biologiste Brigitte Gicquel lui a consacré un texte, elle montre la relation entre les spirales  et le monde sous-marin, j’imagine les  hippocampes ou encore les méduses transparentes qui danseraient bercés par le rythme de la musique du mouvement de la mer…

L’artiste cherche à comprendre les programmes et à les rétablir sur ses formes non pas comme un scientifique mais plutôt comme le poète qui cherche ses rimes.

Elias Crespin devant « Circuconcentricos transparente 60, 2016

Il joue sur la transparence, les matériaux qui changent, que l’on remarque en observant les tiges, les formes, une harmonie à base de différences « comme on devrait », nous explique t-il.

Une première pièce de  2010, les Tetralineaos orange s’alignent, au lieu d’être une œuvre colorée longitudinale elle devient une œuvre plate, les ombres nous enveloppent. Elle est là devant nos yeux, elle avait été exposée dans une petite galerie participative à Paris, c’est la seule fois où le plexi et métal sont réunis.  L’artiste est heureux de revoir cette pièce qui ressort de sa caisse et fonctionne comme au premier jour.

Je le fais poser devant la petite soeur d’une pièce qui se trouvait au Grand Palais en 2013 lors de l’exposition collective d’art cinétique Dynamo.

En France Elias Crespin est représenté par galerie Denise René, mais il est aussi présent à New-York ou encore en Chine à Pékin dans la galerie française  d’Hadrien de Montferrand. 

Commissaire : Domitille d’Orgeval – Azzi

21 février – 6 mai 2017

Maison de l’Amérique Latine

217 Boulevard Saint – Germain, 75007 Paris

Tél. +33 (0)1 49 54 75 00

www.mal217.org

du lundi au vendredi de 10 à 20h, samedi de 14h à 18h.

Fermé les dimanches et jours fériés. Entrée libre.

Elias Crespin
Catalogue de l’exposition Maison de l’Amérique Latine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s