Les petits plats dans les grands, le design au service de la table

PAR CHARLOTTE LE GRIX DE LA SALLE

En partenariat avec la Manufacture de Sèvres , à la Galerie Aveline

Au premier plan : Kristin McKirdy « Nature morte », 2012, Porcelaine : coupe et 66 éléments n°4/8. Réalisation en 2012.

A l’heure où les réunions et les grands repas sont interdits, cette invitation !

Que peut encore vouloir dire « mettre les petits plats dans les grands ? »

Rappelons-nous, déjà, de cette expression du XIXe siècle, qui signifie que l’on engage des frais ou que l’on fait de gros efforts pour plaire à quelqu’un. Le « petit plat », c’est cette nourriture cuisinée avec soin, dans notre cuisine, notre intimité.  Les « grands plats », ce n’est rien d’autre que l’apparat, la façon de les présenter. Une vaisselle qui en jette !

Vue d’ensemble ©The Gaze of a Parisienne

Et ça en jette à la Galerie Aveline !

Courez-y puisque musées fermés mais galeries ouvertes, le beau se montre et se trouve, quoi qu’il arrive.

Et la table !  Ce talent si jouissif et raffiné à la fois, si jalousé et méprisé en même temps parce qu’il est le signe d’une classe sociale. Et sur ces tables, sur ces nappes, la porcelaine. 

De la porcelaine, vient souvent l’image d’un éléphant dans un magasin. Ou bien une analogie avec la blancheur ou la transparence. La fragilité et la solidité qui a traversé les siècles, un éclat à nulle autre pareille.

Camille Leprince et Marella Rossi ont eu la brillante idée d’installer au milieu de cette sublime Galerie, au milieu des meubles XVIIIème qui l’occupent, à la lumière détournée de la verrière, les pièces les plus modernes et les plus anciennes de l’art de la porcelaine. Faut-il dire art ou artisanat d’ailleurs ?

Leur inspiration et leur exigence les a naturellement dirigé vers Sèvres. La Manufacture. Le temple mondial de la porcelaine depuis le XVIIIème Siècle. 

Auparavant, ce que l’on appelle la porcelaine dure, une céramique fine et translucide, produite à partir d’une argile naturelle et particulière, le kaolin, par cuisson à plus de 1200°, n’était connue et produite qu’en Chine depuis des Siècles. 

En France, il faudra attendre le XVIIème Siècle, et la découverte de gisements de kaolin dans la région de Limoges pour reproduire cette technique si élaborée. Puis la volonté de la Cour, notamment de Madame de Pompadour, de vouloir faire rayonner la Royauté grâce à cet incroyable savoir-faire.

Vue d’ensemble ©The Gaze of a Parisienne

Le bleu et blanc de la Chine, recopiés à Delft puis à Sèvres. Ce blanc que Sèvres arrivera à purifier pour le rendre incomparable. Ce bleu, qui sera recréé pour donner naissance à deux bleus incomparables, jamais parfaitement imités, le Bleu Céleste, un turquoise que l’on retrouvera des décennies plus tard sur les vaisselles impériales,  et ce fameux bleu de Sèvres, aussi profond qu’éclatant, qu’a sans doute jalousé Klein au point de créer son propre bleu.

Sèvres – Manufacture de la République Française. Vase à pans coupés, fon « bleu de Sèvres » etconstellation fleurs or. 1920 Porcelaine dure « Nouvelle ». Haut : 99,6 cm.

La porcelaine, si elle a traversé les Siècles jusqu’à nos listes de mariage, reste délicate et fragile. D’ailleurs, à l’époque, elle ne restait réservée qu’aux salades et aux desserts, sans risque de rayures. Pour la viande, le métal restait la norme. D’où la délicatesse de certaines assiettes, véritables œuvres d’art restées intactes.

Mélanger des œuvres d’art et de délicatesse, les associer aux créations d’artistes contemporains, pour certains résidents à Sèvres, voilà la créativité et la richesse de cette exposition, devrais-je dire installation, la porcelaine d’exception, la porcelaine de toujours, la porcelaine d’aujourd’hui, ensemble, sur la table. 

Sur la table au second plan : Fabrice Hyber – Silhouette”, 2015
Au premier plan sur la table : Emmanuel Boos – cubes en porcelaine, émaux colorés

©The Gaze of a Parisienne

Nous sommes des visiteurs, mais nous voilà presque reçus…

Commissariat :

Camille Leprince, expert et antiquaire spécialisé dans la céramique ancienne européenne.

& Marella Rossi


« Les Petits plats dans les grands – Le Design au service de la table « 

Une exposition à voir jusqu’au 8 juin 2021, entrée libre.

En partenariat avec la Manufacture de Sèvres , à la Galerie Aveline

94 rue du Faubourg Saint Honoré
Plave Beauvau, 75008 Paris
www.aveline.com

2 réflexions sur “Les petits plats dans les grands, le design au service de la table

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s