Joana Vasconcelos, Melting Pot, Gowen Contemporary

Les œuvres de Joana Vasconcelos sont exubérantes, généreuses, audacieuses; leurs couleurs Pop vibrent d’une énergie communicative. J’adore cette artiste que j’ai découverte lors de son exposition à Versailles (2012) où elle présentait notamment ses immenses escarpins, faits de casseroles en inox, ou sa Mary Poppins organique aux bras tentaculaires. Son travail frappe par sa démesure, son inventivité décalée, son goût du jeu. L’exposition chez Gowen Contemporary Genève nous emmène dans un voyage au coeur de son œuvre, depuis son célèbre bestiaire qu’elle déploie au fil du temps, à sa série Boxes, jusqu’aux pièces les plus récentes de 2022.

Le titre de l’exposition, Melting Pot, va comme un gant à l’artiste portugaise qui réunit, dans son langage visuel détonnant, artisanat et industrie, tradition et modernité, féminité et masculinité, pouvoir et soumission. Revisitant les matériaux du folklore portugais (azulejos, crochet, céramique), ses sculptures accumulent joyeusement textiles, objets du quotidien et babioles domestiques qui dialoguent avec des références de l’histoire de l’Art et des codes du luxe. Joana Vasconcelos questionne ainsi avec humour la société d’aujourd’hui, ses normes sociales, la dissolution des identités avalées par la globalisation mondiale, l’évolution de la place de la femme.

Joana Vasconcelos, Melting Pot
Joana Vasconcelos, avec Magritte (2016), exposition Melting Pot, Gowen Contemporary Genève

Le Bestiaire imaginaire de Joana Vasconcelos (née 1971)

Joana Vasconcelos, Melting Pot
Installation View, Melting Pot, works by Joana Vasconcelos. Credit Vue d’installation, Crédit :Gowen, Geneva © Julien Gremaud

J’ai une prédilection particulière pour ses poétiques animaux réalisés à partir des faïences de Rafael Bordalo Pinheiro, un des plus grands céramistes portugais du XIXe siècle. Une salle entière leur est consacrée. Vasconcelos s’approprie cet art d’un bestiaire naturaliste tout en corsetant leur surface au crochet… pour les protéger ou les emprisonner? Ces animaux qui suscitent généralement une fascination mêlée de crainte ou de dégout sont ici sublimés . On y retrouve entre autre, une guêpe géante, un loup hurlant, un immense crabe rouge grimpant sur le mur, un escargot portant sa coquille ronde ou encore une tête de cheval prénommé Magritte. L’ensemble des ces animaux, « domestiqués » par la délicate guipure, est d’une étrange et saisissante beauté.

Entre tradition et modernité, s’affranchir des préjugés

Joana Vasconcelos
Swirl , 2016, Gowen Genève
Photo ©thegazeofaparisienne
Joana Vasconcelos, Swirl , 2016, Gowen Genève Photo ©thegazeofaparisienne

On y découvre également de grandes sculptures colorées mettant en scène des azulejos – décoration traditionnelle des cuisines portugaises- d’où s’échappent de longues extensions de textile parées d’ornements, qui figurent le corps de la femme . Ces formes rebelles, brisant leur cocon, sonnent une allégorie joyeuse de la libération de la femme d’un rôle uniquement domestique. Libération encore avec ces tableaux aux cadres classiques habituels des musées, d’où débordent des épais plis tricotés aux nuances vives. Une métaphore de la création féminine, ramenée enfin au premier plan dans ces lieux qui l’ont longtemps boudée. Enfin l’oeuvre récente, Ubuntu (2022) montre à la manière des readymade, une silhouette de femme, toute en crochet et franges sous le casque vétuste d’un salon de coiffure qui illumine toute la pièce.

En dialogue avec les céramiques d’Ai Weiwei

Melting Pot, Joana Vasconcelos et Ai Weiwei
Installation View, Melting Pot, works by Ai Weiwei and Joana Vasconcelos.
Credit: Gowen, Geneva © Julien Gremaud

Deux magnifiques melons d’eau en céramique de l’artiste chinois, sont présentés dans l’exposition Melting Pot. À première vue, ils sont identiques, pourtant ils diffèrent l’un de l’autre par leur courbure. Ces pastèques font partie d’une série de 146 modèles uniques mais qui paraissent tous semblables. Ai Weiwei, utilisant la céramique traditionnelle pour répliquer la nature- thème central dans la culture de son pays-, critique l’évolution d’une société chinoise qui se laisse happée par la production de masse et aliène toute notion d’identité.

Une très belle exposition, où chaque oeuvre éblouit par la profusion jubilatoire des couleurs, des formes, des matières tout en jetant un regard critique sur la complexité de notre époque . On en ressort avec un grand sourire aux lèvres.

Caroline d’Esneval

Installation view. Melting Pot. Selected ceramic and textile works by Joana Vasconcelos and Ai Weiwei, 2022, Gowen, Geneva.
Installation view. Melting Pot. Selected ceramic and textile works by Joana Vasconcelos and Ai Weiwei, 2022, Courtesy Gowen, Geneva @Julien Gremaud

A voir jusqu’au 23 Décembre à la galerie Gowen contemporary Genève,

Grand- Rue 23 , 1204 Genève

Un commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :