Elias Crespin

Elias Crespin Circuconcéntricos visite d’atelier

Onde du Midi, Musée du Louvre

Vous avez peut-être remarqué une affiche en passant à proximité du Louvre annonçant l’Onde du Midi d’Elias Crespin. J’aime beaucoup d’ailleurs, cette campagne d’affichage du musée, elles sont toute attirantes comme celle de la Joconde « Retrouvez le sourire, envie du Louvre c’est le moment » (enfin ce sera bientôt le moment, réouverture prévue le 15 décembre). Oui j’ai eu envie du Louvre, et j’y suis allée à la recherche de cette oeuvre d’Elias Crespin.

Elias Crespin – Onde du Midi – Musée du Louvre

Un après-midi au Louvre, après un passage par les antiquités égyptiennes, il s’agit alors de se faufiler dans la foule de touristes, se laisser orienter par les troupeaux de sphinx impassibles et rencontrer un gardien vénézuélien, comme l’artiste …, qui nous donne le chemin de l’Onde du Midi et le sésame pour accéder à cette aile du Palais située angle Sud-Est de la Cour Carrée. Je me retrouve alors, en haut de cet escalier conçu par les célèbres architectes de Napoléon : Percier et Fontaine.

Et je suis enfin seule face à l’oeuvre d’Elias Crespin, un instant magique, de calme et sérénité, le Louvre m’appartient, je suis prête pour regarder les volutes de cette sculpture installation qui démarre sa chorégraphie d’une heure.

Elias Crespin – Onde du Midi – Musée du Louvre –
Cette installation a reçu le soutien de la Fondation Art Explora, créée par Frédéric Jousset

Celle-ci est orchestrée par le Maître lui-même, il peut la diriger de son atelier, chaque élément est relié à sa base par des capteurs électroniques, chacun des 96 mouvements est programmé, avec une précision millimétrée.

Une prouesse mathématique, codée et imaginée par l’artiste, Elias Crespin.

Une heure à contempler des oscillations parfois imperceptibles, tourner autour, se laisser porter par le temps qui passe, le mouvement choisi par Elias Crespin est très lent, le temps semble comme décomposé, comme si l’artiste cherchait à nous faire ressentir jusquà la moindre fraction de seconde. Une oeuvre totalement silencieuse, méditative.

L’art contemporain est très souvent une expérience et cette fois-ci il s’agit d’art cinétique, une oeuvre qui bouge, qui s’exprime dans l’oeil du visiteur qui se déplace autour d’elle et selon son angle de vision, elle se transforme et donne différentes perspectives de dynamique.

Rendez-vous à l’Atelier

Elias Crespin & Caroline d’Esneval & moi

Quelques jours auparavant, Caroline d’Esneval et moi avions rendez-vous à l’atelier d’Elias Crespin. Il nous a permis de découvrir en partie les mystères de l’Onde du Midi. Pour cette pièce monumentale il a dû imaginer un cadre à son échelle et des micro-puces électroniques, chaque élément étant relié à un micro ordinateur invisible.

Photographie de l’artiste Gego, grand-mère d’Elias Crespin

Elias Crespin est vénézuelien, il a fait des études d’ingénieur et très rapidement, il s’oriente vers une autre voie moins attendue, l’art. Mais dans la famille, il n’est pas le premier, je repère sur un mur de l’atelier, seul, un portrait photographique noir et blanc d’une femme qui n’est autre que sa grand-mère et la grande artiste vénézuélienne, Gego (Gertrud Goldschmit 1912-1994), elle aussi avait suivi des études d’ingénieur. La ligne était son leitmotiv, elle est présente dans de nombreuses collections, musées… avant-gardiste, pionnière du Constructivisme, elle gravait, dessinait, inventait des pièces en métal, acier, aluminium, d’art cinétique. Elle est son ange gardien. Elias Crespin inscrit ainsi sa création dans la lignée des grands artistes contemporains latino-américains, qui se sont lancés dans l’expérimentation de la lumière et de l’optique, auxquels le Grand Palais a rendu un hommage justifié et appuyé en 2013 avec l’exposition Dynamo. La Maison de l’Amérique latine est bien sûr le lieu artistique qui constitue la vitrine de ce continent, toujours francophile et ayant attiré des générations d’hommes politiques, d’artistes et d’intellectuels.

Pour Elias Crespin, mais aussi pour les visiteurs, c’est une joie et un honneur de découvrir son oeuvre Equiláteros , 2008 exposée en même temps que celle de sa grand-mère au Musée des Beaux-Arts de Houston qui possède une très importante collection d’oeuvres d’artistes latino-américain et particulièrement de Gego. Allemande d’origine, elle avait fuit à 26 ans l’Allemagne nazie et était arrivée en bateau au Vénézuela qui deviendra son pays.

La Maison de l’Amérique latine a consacré deux expositions à la famille, l’une en 2014 « La poétique de la ligne » à Gego et une 2e en 2017 à Elias Crespin « Slow Motion » (voir article précédent) avec cette très belle installation chrorégraphique  Circular Inception sur une musique composée spécialement par Jacopo Baboni Schilingi (né en 1971 à Milan, qui vit à Paris) . Le musée a depuis acquis une oeuvre qui est exposée sur place.

Elias Crespin

Codage, les mathématiques deviennent artistiques

A contrario de la lenteur de ses installations le temps file à toute allure, l’artiste élabore des concepts de plus en plus sophistiqués, pour ériger ses danses cinétiques. Tout commence et se décide sur l’ordinateur, il met en mouvement des dessins imaginaires avec un système de programmation de codes.

Difficile à comprendre qu »il n’y ait ni croquis ni dessin préparatoire et c’est un peu pour parer à cela qu’il a décidé avec son voisin et artiste Miguel Chevalier, qui a d’ailleurs dessiné les plans de l’atelier, très remarquable avec sa façade rouge métallique, de créer un portfolio de 8 sérigraphies numériques de leurs dessins (4 par artistes, édition de 75 chez Iribarren Editor).

Chronochromie

« Toute cette modélisation sur ordinateur pour créer le mouvement me permet aussi de faire une simulation 3 D de l’oeuvre animée. J’ai fait ces animations dans l’ordinateur, j’ai généré des milliers de positions de toute la danse de l’oeuvre et j’ai choisi quelques-unes, je les ai superposées et les ai colorées différemment. A chaque moment de l’oeuvre, j’ai donné une couleur différente et cela me permet de figer quelques moments de l’oeuvre et de les montrer en simultané. Je les appelle des Chronochromies car elles ont un rapport entre la couleur et le mouvement «  Elias Crespin

Sérigraphies – « Chronochromies »

Olivier Messiaen avait également composé une oeuvre pour grand orchestre en 1960 appelée également Chronochromie mais cette fois-ci, il s’agissait d’associer les matériaux sonores (chants d’oiseaux) et temporels.

Elias réfléchit sans cesse au mouvement qui est la base de son travail, la coordination des couleurs, des matériaux. Les éléments se détachent les uns des autres, se retrouvent comme par magie, c’est un monde fascinant, illusoire que l’artiste crée pour nous.

« Je travaille sur la génération aléatoire de façon à ce que cela soit à chaque fois un autre mouvement mais il faut que cela soit un mouvement cohérent, pas seulement aléatoire comme cela, il faut qu’il y ait une certaine cohérence. La liberté totale ne marche pas » Elias Crespin

Elias Crespin a de nombreux projets en cours, il y a bien sûr le Louvre, Houston et Pékin bientôt, où il était censé aller mais pour cause de Covid, c’est impossible, toutes les les instructions pour monter les oeuvres ont été adressées sur place.

Florence Briat Soulie

Atelier

BIOGRAPHIE

http://www.eliascrespin.net/

EXPOSITIONS PERSONNELLES :
2020
Elias Crespin, Galerie Denise René, Paris, France
2018
Formes, espace-temps, Galerie Denise René, Paris, France
2017
Slow Motion, Maison de l’Amérique Latine, Paris, France
2015
Chorégraphies géométriques, Das Kleine Museum, Weissenstadt, Allemagne
2014
Elias Crespin, Galerie Denise René, Paris, France
Mouvements. De fil(s) et d’air, Designer’s days, en collaboration avec Tai Ping, Hôtel de Livry, Paris, France
Elias Crespin. Temps suspendu, Galerie de la Marine, Nice, France
2012
Elias Crespin, Musée en Herbe, Paris, France
Elias Crespin. Parallels, Cecilia de Torres, Ltd., New York, NY, États-Unis
2011
Visionary Collection Vol. 14. Elias Crespin Electrokinetics, Museum Haus Konstruktiv, Zurich, Suisse
2010
Hiperficies, Ars Longa, Paris, France
2006
Electrocinéticas, Canal Centro de Producción Cultural, Caracas, Venezuela
EXPOSITIONS DE GROUPE (SELECTION)
2020
Hard Edge, Galerie Denise René, Paris, France
Espace et tension, une sélection d’artistes contemporains, Galerie Denise René, Paris, France
2019
Shadows, Galerie Italienne, Paris, France
Negative Space, ZKM Center for Art and Media, Karlsruhe, Germany
Post Shadows, Galerie Italienne, Paris, France
Immatérialité, Topographie de l’Art, Paris, France
Ondes, Galerie par Graf Notaires, Paris, France
Kinetic masters and their legacy, Cecilia de Torres Ltd., New York, NY, États-Unis
eliascrespin.net · contact@ateliercrespin.com
2018
Festival Carré Latin 2018, Palais Royal, Paris, France
Forces et mouvement, Galerie François Léage, Paris, France
Artists & Robots, Grand Palais, Paris, France
De Nature en Sculpture, Fondation Datris – Espace Monte-Cristo, Paris France
Les amis de Nicolas Schöffer, La Ville A des Arts, Paris, France
2017
Artists & Robots, Astana Contemporary Art Center, Astana, Kazakhstan
The Urge to create Visions…1929-2017, Centre de Sculpture Polonaise, Orońsko, Pologne
De Nature en Sculpture, Fondation Villa Datris, L’Isle-sur-la-Sorgue, France
Geometría en Movimiento, Galeria RGR+ART, Mexico, Mexique
Expanding the Line, Cecilia de Torres Ltd., New York, NY, États-Unis
Lumière et mouvement, Galerie Denise René, Paris, France
2016
Impermanencia, XIII Bienal de Cuenca, Equateur
Lumière et mouvement, Galerie Denise René, Paris
Dialogue. Ding Yi Elias Crespin, Hadrien de Montferrand Gallery, Pékin, Chine
Transparence, Galerie Denise René, Paris, France
Everybody is crazy, but me, Maison particulière, Bruxelles, Belgique
Visión constructiva, Espacio Monitor, Caracas, Venezuela
Cercle et carré, Galerie Denise René, Paris, France
2015
Selección = Relación, Espacio Monitor, Caracas, Venezuela
Vers une architecture de lumière, Chartreuse de Villeneuve lès Avignon, France
Cinétique numérique aujourd’hui, Galerie Denise René – Espace Marais, Paris, France
Mapping Festival, Genève, Suisse
L’art et le numérique en résonance 2/3 : Ré-émergence, Maison populaire, Montreuil, France
2014
Inhabiting the world, Biennale de Busan, Corée
Drawing in Space, Galleria Monica de Cardenas, Zuoz, Suisse
Hommage à Denise René, Espace-Expression, Miami, FL, États-Unis
Horizon nécessaire, Musée Passager, projet de Musée itinérant en Île de France
Structures de l’invisible, Galerija Klovicevi dvori, Zagreb, Croatie / Fondation Vasarely, Aix-en-Provence, France
2013
Cinetik !, Fundació Stämpfli, Sitges, Espagne
Turbulences II, Villa Empain Fondation Boghossian, Bruxelles, Belgique
Intersecting Modernities : Latin American Art from the Brillembourg Capriles Collection, The Museum of Fine Arts,
Houston, États-Unis
Art cinétique, art numérique, Galerie Denise René Espace Marais, Paris, France
Voyages Intérieurs, Maison Particulière, Bruxelles, Belgique
Des gestes de la pensée, La Verrière Hermès, Bruxelles, Belgique
Dynamo. Un siècle de lumière et de mouvement dans l’art. 1913-2013, Grand Palais, Paris, France
eliascrespin.net · contact@ateliercrespin.com
2012
Hommage à Denise René, Galerie Denise René, Paris, France
Constructed Dialogues: Concrete, Geometric, and Kinetic Art from the Latin American Art Collection, The Museum of
Fine Arts, Houston, TX, États-Unis
Gego obra abierta, Museo de arte contemporáneo, Caracas, Venezuela
Turbulences, Espace Culturel Louis Vuitton, Paris, France
2011
Cosmopolitan Routes, The Museum of Fine Arts, Houston, TX, États-Unis
Once Tipos del Once, Fundación Sala Mendoza, Caracas, Venezuela
2009
North Looks South, The Museum of Fine Arts, Houston, TX, États-Unis
Writings, Galerie Cecilia de Torres, New York, NY, Etats-Unis
2006
Life Forms, Kinetica Museum, Londres, Royaume-Uni
63 Salón Michelena, Ateneo de Valencia, Valencia, Venezuela
2005
II Mega Exposición Homenaje à Jesús Soto, Galeria de Arte Nacional, Caracas (Venezuela) / Museo del Estado
Miranda, Los Teques, Venezuela
Ingravidez, Museo de Arte Contemporáneo del Zulia, Maracaibo, Venezuela / Museo Jacobo Borges, Caracas,
Venezuela
2004
Ingravidez, Ateneo de Cabudare, Cabudare, Venezuela
Mutaciones en el espacio, Museo del Estado Miranda, Los Teques, Venezuela
COLLECTIONS PUBLIQUES
France
Le musée du Louvre, Paris
La Maison de l’Amérique Latine, Paris
Allemagne
Das Kleine Museum, Weissenstadt
Argentine
Museo de Arte Latinoamericano, Buenos Aires
Museo Nacional de Bellas Artes, Buenos Aires
États-Unis
The Museum of Fine Arts, Houston, TX
El Museo del Barrio, New York, NY
Collection Ella Fontanals-Cisneros, Miami, FL
Venezuela
Fundación de Museos Nacionales, Ateneo de Valencia
eliascrespin.net · contact@ateliercrespin.com


PRIX
2018
« Prix de la critique AICA venezuela – Projection internationale », Association Internationale des Critiques d’Art,
Caracas, Venezuela.
2006
« Premio Armando Reverón », 61 Salón Arturo Michelena, Ateneo de Valencia, Valencia, Venezuela
2005
« Artist’s Choice Award », ArtBots, Saints Michael and John’s Church, Dublin, Irlande

BIBLIOGRAPHIE :


Catalogues d’exposition (sélection)
Immatérialité, Paris : Topographie de l’Art, 2019
Artistes & Robots, Paris : Réunion des musées nationaux – Grand Palais, 2018
Artists & Robots, Paris : Réunion des musées nationaux – Grand Palais, 2017
France : Instant Présent. Contemporary artists from France, Treviso: Imago Mundi, 2017
The Urge to create Visions…1929-2017, Radom: Center of Polish Sculpture, 2017
De Nature en Sculpture, L’Isle-sur-la-Sorgue: Fondation Villa Datris, 2017
Slow Motion, Paris : Maison de l’Amérique Latine / Editions Hermann, 2017
Geometrische Choreographien, Weissenstadt : Das Kleine Museum, 2015
Elias Crespin, Paris : Galerie Denise René, 2014
Elias Crespin. Temps suspendu, Nice : Galerie de la Marine, 2014
Turbulences II, Brussels:Fondation Boghossian / Espace Culturel Louis Vuitton, 2013
Cecilia Fajardo-Hill, « The interplay between the material and the immaterial » in Intersecting Modernities. Latin
American Art from The Brillembourg Capriles Collection, Houston : The Museum of Fine Arts : Houston, 2013
Elias Crespin. Parallels, New York : Cecilia de Torres, Ltd, 2012
Hiperficies, Paris : Ars Longa, 2010

Elias Crespin, devant l’atelier conçu par l’artiste Miguel Chevalier

Une réflexion sur “Elias Crespin

  1. Bravo Flo, je vais allez voir, j’adore Elias Crespin, j’avais emmené qques girls dans son atelier il y a 3 ou 4 ans déjà …tu me donnes envie d’y retourner !! Kiss

    >

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s