Lectures d’avril

PAR SEVERINE LE GRIX DE LA SALLE

©Mariegraph

LE VICOMTE DE BRAGELONNE

Tomes I, II et III 

Alexandre Dumas

J’ai passé l’été dans les bras d’un charmant jeune homme, aussi beau et romantique que malheureux en amour. Louis XIV lui ayant piqué sa fiancée, la pauvre Lavallière, le Vicomte de Bragelonne se bagarre et court le monde pour noyer son chagrin, sous la protection de ses pères adoptifs, nos Mousquetaires. Corrompus ou vénaux, politiques ou définitivement naïfs, se tirant une balle dans le pied ou plus réfléchis… avec l’âge, ces quatre-là sont devenus beaucoup plus intéressants, complexes et drôles Ils tirent – enfin- leur révérence à la fin de cette œuvre titanesque, qui couvre un siècle d’histoire de France (Les Trois Mousquetaires, Vingt ans après, le Vicomte de Bragelonne)

C’est long (trois tomes, près de 3 000 pages … n’oublions pas que Dumas était payé au feuillet et il gérait bien sa fortune !  Mais ça galope dans tous les sens, avec des rebondissements à chaque chapitre (dont le mystère du Masque de fer, enfin révélé !), on ne s’ennuie pas une seconde :  c’est mieux que Netflix et on peut l’emporter à la plage ! 

IL EST DES HOMMES QUI SE PERDRONT TOUJOURS

Rebecca Lighieri

Déjà, ce titre. 

Rebecca Lighieri – Il est des hommes qui se perdront toujours. Editions P.O.L..PNG https://www.maupetitlibraire.fr

Puis le livre. Tout y est brûlant : la violence de l’amour, l’intensité de la haine, la beauté des enfants, l’horreur des coups. Mais c’est aussi un livre d’espoir, une ode à l’amour fraternel : trois enfants nés dans une misère affective absolue, trois enfants cabossés, trois destins lumineux. Et ces mots pour conclure, de cette écriture au scalpel qui vous empêche presque de respirer pendant 370 pages :

« Qui sait pourquoi un cœur s’arrête ? Il n’a succombé ni à la maladie ni à l’abus de stupéfiants. Il est mort d’avoir mis toutes ses forces dans un combat perdu d’avance. Il est mort bien avant sa naissance, dans les proférations et les vitupérations de son père. Il est mort d’avoir essayé d’être un fils. Il est mort d’avoir aimé en vain. »

C’est à Marseille, c’est universel et c’est poignant.

Le livre que j’ai le plus offert ou recommandé cette année. 

Vente en ligne : https://www.maupetitlibraire.fr

Librairie Maupetit -142 La Canebière, 13001 Marseille

HERITAGE

Miguel Bonnefoy

Si Garcia Marquez avait un fils caché en France, ce serait lui !

Merveilleuse saga d’une famille d’origine française, rebaptisé Lonsonnier par incompréhension linguistique, dont l’ancêtre quitte le Jura, « ce pays de calcaire et de céréales, de morilles et de noix », pour la Californie et prend souche par hasard au Chili. Une écriture rapide, gaie, et onirique et l’on s’attache à trois générations de personnages un peu dingo. Lazare, Margot et Ilario Dia. Entre le retour des tranchées et avant de percuter les temps sanglants de Pinochet, ils nous emmènent écouter les condors, parler avec les hiboux, faire l’amour avec un fantôme, suivre les conseils d’un mage charlatan, prendre des décisions familiales importantes dans une baignoire à pied de lion, avant de survoler la cordillère des Andes dans un avion fait maison.

Un voyage parmi les mots, les morts et les rêves, un petit bijou littéraire.

Livres glanés et recommandés chez Alice, auto proclamé en ces temps de confinement

« le libraire qui vend le plus de vin, le caviste qui vend le plus de livres ! « 


3 rue de la Forestière 33970 Cap Ferret.

Facebook : Alice Cap Ferret Librairie Cave à Vin
Instagram : alicecapferret
05 56 60 71 88

ROMANS GRAPHIQUES (nom chic pour les BD)

Librairie Bulles en tête – 42 Rue Le Peletier, 75009 Paris

« Œuvre écrite, dans la mesure où elle porte la marque de préoccupations esthétiques ». La définition « Petit Robert » de la littérature est particulièrement appropriée aux ouvrages ci-dessous : esthétisme de l’écriture associée à celle du dessin, plaisir démultiplié garanti.

CHRONIQUES DE JERUSALEM, DE BIRMANIE, DE JEUNESSE …de Guy Delisle

D’un trait extrêmement épuré, très simple, Guy Delisle nous narre sa vie quotidienne, façon autobiographie avec beaucoup d’autodérision. Dans chacun de ses livres, donc dans sa vie j’imagine, il se retrouve en position d’observateur, soit jeune stagiaire ou bien s’occupant du foyer, suivant sa femme dans ses missions humanitaires à l’étranger. Avec une sorte d’humilité et de naïveté, il voit tout et décortique les absurdités des systèmes qui l’entourent, politiques, sociaux, familiaux ou religieux…l’air de rien. Avec la force d’un point bien placé sur un visage ou à la fin d’une phrase.

Une justesse remarquable, du dessin et du propos.

Guy Delisle – Chroniques de Jerusalem – Chroniques Birmanes – Pyonlang.

DANS LA COMBI DE THOMAS PESQUET de Marion Montaigne

Jamais autant ri en lisant un livre, je gloussais à chaque page. Et rarement autant appris et compris quelques notions d’astrophysique, mêlées au quotidien de l’apprenti puis brillant astronaute Thomas Pesquet (fierté nationale tout de même). Des planches d’anthologie comme la description des concepteurs de tests ou le briefing « aller aux toilettes « dans l’espace…J’aurais adoré être une petite souris pour assister aux réunions d’écriture entre notre sympathique astronaute et Marion Montaigne, vulgarisatrice scientifique de génie, qui nous fait tout comprendre à coup de crayon, de flèches et de croquis. Ce livre respire l’entente désopilante entre ces deux immenses talents.

A mettre entre toutes les mains de 7 à 77 ans.

Marion Montaigne – Dans la combi de Thomas Pesquet Dargaud

QUARTIER LOINTAIN de Jiro Taniguchi 

Vertigineux. S’il n’y avait qu’un manga à lire, ce serait celui-ci. Vertige de notre logique :  inverser la lecture est en soi une expérience, qui nous rend perméable à d’autres types d’abandons et d’émotions. Vertige du scenario : un « salaryman » prend le train à Tokyo pour rendre visite à sa mère. Il s’y endort. A son arrivée, il se réveille avec toute sa tête mais dans le corps et à l’époque de ses 14 ans. Double retour arrière pour nous occidentaux. Et l’on plonge alors dans la poésie retenue et la violence délicate du Japon d’après-guerre. Le vieux jeune homme va-t-il faire basculer le destin ? 

Tournez les pages dans le bon sens et prenez le train avec lui, le voyage est intense.

La découverte de Jiro Taniguchi, extraordinaire conteur-dessinateur, ouvre des portes merveilleuses : la perfection graphique et sensorielle du SOMMET DES DIEUX (5 tomes magnifiques) feront de vous un alpiniste chevronné au bout de sa vie au sommet de l’Everest, et que dire de la rêverie nostalgique du JOURNAL DE MON PERE…

Une seule solution : faire comme les ados : s’asseoir au rayon BD et y passer l’après-midi ! 

LES INDES FOURBES. Scénario Alain Ayroles, dessin Juanjo Guarnido

D’abord, chaque planche est une merveille d’aquarelliste. On peut passer de longues minutes à admirer ces dessins, humoristiques, justes et surtout très beaux, je n’ai pas d’autre mots. Et on tombe aussi en amour de ce noble castillan, Don Pablos de Ségovie, un peu ridicule, super attachant, gaffeur sympathique qui nous emmène à la recherche de l’Eldorado. Des personnages bien troussés, des vrais méchants, de l’or, des tavernes, la neige des Andes et c’est parti pour 160 pages, avec quelques arrêts sur images, soufflés par ce dessin. 

Et si l’Eldorado était l’album lui-même ? 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s