Vendredi, Ecole des Beaux-Arts

Un vendredi à l’Ecole des Beaux-Arts, je suis curieuse de voir ce qu’il s’y passe derrière cette entrée majestueuse, traverser la cour et rencontrer les étudiants de l’atelier de Tatiana Trouvé qui exposent leur travail pour quelques jours.

Exposition atelier Tatiana trouvé – Ecole des Beaux-Arts

Un second rendez-vous m’attendait au Palais des Beaux-Arts, quai Malaquais, afin de découvrir Le théâtre des expositions : 4 expositions, 4 curateurs
Jardin Secret par Noam Alon, Le temps est détraqué par Simona Dvoráková, Tout me trouble à la surface par Kathy Alliou , Une moraine d’objets par Yannick Langlois.

Petrit Halilaj – Poisoned by men in need of some love (Falco Peregrinus – Falco Berigora) 2013-2020. – Théâtre des expositions – Jardin Secret

Exposition atelier Tatiana Trouvé

Dans un premier temps, dans les galeries droite et gauche, je suis très admirative des oeuvres que je découvre, des univers différents qui se rejoignent, tous empreints de l’impulsion artistique donnée par leur maître d’atelier, l’artiste Tatiana Trouvé. 1ere année, 2e année, 3e année… exposent leurs projets.

Pauline-Rose Dumas – 1- Projet : Rebours Sublimation sur polycoton, voile de coton et couture – Chaque panneau : 236 x 118 cm

Je m’arrête devant l’installation de Pauline Rose Dumas qui arrive de Londres, Chelsea College of Arts, section textile design. L’artiste a créé une maquette faisant penser à une salle d’exposition où seraient accrochés ses travaux : dessins, collages, tentures à partir d’images thermocollées sur le tissu formant un patchwork . Pauline Rose Dumas est pour moi dans la lignée de Sonia Delaunay, elle s’intéresse comme elle aux matières, aux assemblages de couleurs, à l’espace, tout en utilisant les innovations de son époque.

Pauline Rose Dumas

«Le médium textile me permet de raconter une histoire, mon histoire, et à travers elle, une histoire de transmission de savoir-faire. (…) Le textile est une intervention qui ouvre l’image ou la sculpture à une dimension sensorielle ». Pauline-Rose Dumas

Charles Mornaud

A côté se trouve Charles Mornaud qui a commencé sa formation à l’école Olivier de Serres et continue un master aux Beaux Arts. Sculpteur, dessinateur il s’est intéressé aux sténopés, technique de chambre noire inventée par Léonard de Vinci, il obtient en utilisant cette méthode et du papier photo sensible une image, point de départ d’un dessin qui s’étend en reprenant des détails architecturaux de l’école. Je pense aux escaliers de Sam Szafran et en particulier à un fusain exceptionnel de l’artiste vu galerie Claude Bernard ce même jour.

Charles Mornaud – carnet de dessins

Dans l’autre salle je rencontre une jeune élève de 1ere année, Charlotte Simonnet, elle crée avec des tiges de métal des sculptures reprenant le motif alsacien de bouquet de fleurs stylisé appelé Maikrug.

Charlotte Simonnet

Il y a aussi les oeuvres de Pierre Sparta qui utilise du bois, du métal et modèle des visages en plâtre. Clédia Fourniau, résidente Poush Manifesto est présente également.

1er plan : Pier Sparta – à droite : Cledia Fourniau (résidente Poush Manifesto)



Vincent van der Donk ©Marie Simon Malet
Pauline Brami ©Marie Simon Malet

Le Théâtre des Expositions – Acte 2

Quai Malaquais, accompagnée par Armelle Pradalier, je suis accueillie par les commissaires du Théâtre des expositions, un projet en plusieurs actes qui réunit des compétences, conservateurs, artistes, historiens, et les commissaires dont certains, issus de la fillière « Artistes & Métiers de l’exposition ». A cette occasion des chefs-d’oeuvre des collections des Beaux-Arts sont exposés, ils sont entourées des oeuvres des élèves et professeurs de l’Ecole.

Yannick Langlois – artiste commissaire d »Une moraine d’objets »

Une moraine d’objets

A l’étage, je commence par Une moraine d’objets curatée par Yannick Langlois qui termine son doctorat de recherche par l’art SACRe-PSL, il présente ses photogrammes de couleur bleue et le livre mémoire de sa thèse juste terminé.

Yannick Langlois « Création de la terre » « Création des plantes » d’après Romeyn de Hooghe, dessin c. 1704 – Les Beaux Arts de Paris

Dans un angle de la pièce se trouve une installation de Jean-Charles Bureau, ses panneaux peints tout en courbes, font penser aux boiseries, dessus de porte, trumeaux de cheminées aux décors effacés par le temps.

Jean-Charles Bureau – « L’art est un animal sauvage » 2019-2020 – huile sur bois cintré et huile sur toile.

Plus loin, Victoire Thierrée utilise des matériaux industriels, comme ces toiles issues des technologies Safran et pour terminer Florentine Charon : Etude pour couloirs d’airs, 2018. Toutes ces oeuvres sont réunies autour des têtes en plâtre , enfin ce qu’il en reste, figures d’expressions d’émotions, demandées dans d’autres temps aux élèves des Beaux-Arts pour un concours.

Victoire Thierrrée - Tissage #2, 2021 - tissage céramique, acier, étain
Victoire Thierrrée – Tissage #2, 2021 – tissage céramique, acier, étain

Tout me trouble à la surface

En face, Kathy Alliou nous embarque, moi et mes acolytes, dans cette histoire de ce cordonnier qui servait de cobaye au médecin de La Pitié Duchenne de Boulogne, ce dernier cherchait à décrypter  « Le Mécanisme de la physionomie humaine ».

Mécanisme de la physionomie humaine – Tableau synoptique, Duchenne de Boulogne. 13,6 x 10,8 cm – Coll. des Beaux-Arts de Paris

L’artiste Eléonore False reprend des détails de ces photos du cordonnier prises par le frère de Nadar, elle les agrandit, les déforme, les sculpte et recompose son propre album avec cette exposition.

Eléonore False – Le docteur, 2021 – Impression sur vynil contrecollé sur aluminium thermolaqué. 185 x 60 x 40 cm

Elle redonne une autre dimension à cette homme inconnu, son visage nous devient familier, on le reconnaît. Très amusant, Duchenne de Boulogne a fait don de ses recherches, aux Beaux-Arts et non à la science. Eléonore False a accroché également des portraits sur toile de ce cordonnier par les anciens élèves.

Eleonore False – Tout me trouble à la surface – Album II, 2021 – Moquette et linoléum 910 x 1312 cm

Le temps est détraqué 

Deux autres expositions terminent ce cycle : Le temps est détraqué de Simona Dvoráková, on se perd dans un environnement technologique, artéfacts composés de vidéo, machines installés autour d’un dessin de Goya et du livre Le songe de Poliphile, une autre façon de plonger dans un rêve non pas de la Renaissance mais en 2021.

1er plan : Thomas Teurlai « TV SET, 202-1- A gauche : Francesco Colonna  » Discours du songe de Poliphile » 1546, in-folio. Au fond à droite : Tania Gheerbrant 3 vidéos & (14-30 avril) ; 2 (30 avril -23 mai) ; 3 (30 avril -23 mai)- A gauche : Victor Villafagne « Ni vrai,ni faux ni bon ni mauvais » 2021
Jardin Secret – Commissaire : Noam Alon,

Jardin secret

Et la dernière exposition : Jardin secret par Noam Alon, inspirée de la théorie sexuelle de Freud nous entraine dans les méandres de nos souvenirs , la vieille chanson remise au goût du jour par Ella Navot « Viens Maman on va danser », vidéo en boucle et l’installation de Petrit Halilaj, des corbeaux noirs suspendus dans le ciel me rappelle une autre chanson, un autre oiseau, celui de Barbara. A côté se trouvent une toile de Dominique Lefèvre Desforges Judith coupe la tête d’holopherne et un petit bijou caché dans une niche, une copie en plâtre du XIXe d’un ivoire du Moyen-Âge.

Charlotte Simonnet – Chute, 2020 – caramel, peinture de bois séchée

Dans ce Jardin Secret, je retrouve une oeuvre de Charlotte Simonnet, vue précédemment, atelier de Tatiana Trouvé.

Ella Navot – Viens Maman on va danser – 2021 – Vidéo en boucle.

Je quitte l’école par la cour où une performance se déroule, sorte de rodéo avec une vieille Volvo et 3 acteurs de cette scène sortie d’un western nouveau genre.

Florence Briat Soulié

INFORMATIONS

@atelier_tatiana_trouve (instagram)

https://www.paulinerosedumas.com/ @paulinerosedumas

Charles Mornaud @charlesmornaud

@charlotte_simonnet

Pierre Sparta @spartapier

Pauline Brami @pauline_brami

Cledia Fourniau @clediafourniau

Vincent van der Donk

Le théâtre des expositions – Palais des Beaux-Arts

13 quai Malaquais, 75006 Paris

Jusqu’au 29 mai 2021

Yannick Langlois @yannicklanglois

http://www.eleonorefalse.com/ @eleonore_false

Petrit Halilaj

Ella Navot

Victoire Thierrée @victoire.thierree

Anonyme – Guerrier frappant de sa lance un ennemi terrassé (v. 1840-1860) – plâtre d’après un ivoire du Moyen-Âge. Jardin Secret – Théâtre des Expositions

* Créée en 2019, la filière « Artistes & Métiers de l’exposition » est dirigée et coordonnée par les services des expositions et des publics. Elle permet à des étudiants de 3e et 4e année de se former à la production, à la régie, à la scénographie, à la médiation et à tous les métiers relatifs à la présentation et à la diffusion de l’art. Dans le cadre de cette formation, une résidence est proposée à de jeunes commissaires qui peuvent pendant un an travailler au sein des Beaux-Arts de Paris. La filière « Artistes & Métiers de l’exposition » des Beaux-Arts de Paris est conçue en partenariat avec le Palais de Tokyo.

Performance – rodéo en Volvo aux Beaux-Arts de Paris – Vendredi 30 avril 2021

2 réflexions sur “Vendredi, Ecole des Beaux-Arts

Répondre à Maury Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s